Accéder au contenu principal

Iles du Sud - Bernard Leclaire «LES ILES DU SUD» Une réalité révolutionnaire!

GUADELOUPE

Grand-Bourg de Marie-Galante. Mardi 11 août 09. Caribcreole.com. Les Saintes, la Désirade, Marie Galante, ces Iles du Sud de l’archipel de la Guadeloupe ne veulent plus être celles de la désespérance. Lasses d’une souffrance silencieuse, elles ont décidé de s’unir pour refuser un scénario tout fait où ici, le Sud se conjugue avec mal développement, double insularité croupissement. Bernard Leclaire, écrivain, fils de l’une de ces îles du Sud, s’insurge lui aussi… Voilà ce qu’il a écrit pour caribcreole. Nous arriverons à sensibiliser l’opinion sur les carences persistantes qui gangrènent depuis plus de vingt ans l’épanouissement des îles parsemées autour du papillon de Guadeloupe, et c’est aussi ensemble, d’audace à force, que nous trouverons enfin des solutions suffisamment fortes et susceptibles d’endiguer la banqueroute programmée de notre Archipel.

«LES ILES DU SUD»,UNE RÉALITÉ RÉVOLUTIONNAIRE


      C’est ensemble que nous arriverons à sensibiliser l’opinion sur les carences persistantes qui gangrènent depuis plus de vingt ans l’épanouissement des îles parsemées autour du papillon de Guadeloupe, et c’est aussi ensemble, d’audace à force que nous trouverons enfin des solutions suffisamment fortes et susceptibles d’endiguer la banqueroute programmée de notre Archipel. 
     Depuis 1985 les Socioprofessionnels ont toujours attiré l’attention de la population et des politiques sur l’inexorable descente aux enfers de l’économie de ces îles. Les prémisses étaient déjà là !
     Je veux pour preuve la constitution de l’ASSECOMAG (Association des Entreprises et des Commerces de Marie-Galante, regroupant tous les acteurs économiques dès 1986).
      Je veux pour preuve mon article paru dans le Bulletin Municipal N°4 de Grand-Bourg en Août 1990 s’intitulant : « Marie-Galante la gracieu…sement sinistrée ».
     
  

   Cet article malgré ses 19 ans garde encore malheureusement l’actualité du manque d’ambition des solutions politiques proposées ! De plus, il prédit bien la catastrophe d’aujourd’hui ! Une relecture s’impose ! 
     Nous avons été les premiers à employer la terminologie de « Pays » pour Marie-Galante et aussi les premiers à réclamer une « Zone Franche ou un Port Franc sur 10 ans » à l’époque pour la redynamisation des différents secteurs économiques des îles.

     Je veux pour preuve les nombreux courriers adressés à Bernard PONS,  au Président CHIRAC et à Madame MICHAUX  CHEVRY dans les années 86 à 90.
     Il a fallu que Sarkozy, actuel Président de la République en parle en 2008 pour que la classe politique locale y pense. On s’aperçoit que cette idée est de nos jours le cheval de bataille du pouvoir en place comme « le » levier de redémarrage pour toute l’économe Guadeloupéenne !
     Jadis cette suggestion apparaissait comme une idée de folie ! 
           Que sait-il passer ?

    A l’époque d’Air-Antilles et d’Air-Guadeloupe les passagers n’avaient pas l’opportunité de ramener autant d’achats de Guadeloupe. D'ailleurs le canal de Marie-Galante qui était réputé d’être un « rendeur-de-foi » dissuadait plus d’un ! On n’allait pas faire pompomme sur le continent au petit bonheur la chance, nous nous souvenons encore des épopées dantesques du Suivez-moi, du Neptune, du Delgrès, de l’Oiseau des îles, d’Antarès, etc.  …
     Il suffisait d’écouter parler les anciens marins sur le port de Grand-Bourg pour comprendre la dangerosité de l’aventure ! Aller en Guadeloupe était une véritable expédition, il fallait trois, quatre, parfois même cinq heures pour effectuer la traversée par beau temps, je ne parle même pas de la période des avents ou de la saison cyclonique … 

     La prolifération des vedettes rapides à partir des années 90 était certes perçue comme un outil de désenclavement, mais quelques années après (particulièrement pour M/G) ce phénomène s’est avéré une arme à double tranchants. La traversée se faisait alors en un temps record de 45 minutes de passe à passe. 
     Ces affaires liées aux transports maritimes ont prospéré de manière exponentielle. On a assisté à un déferlement de catamarans de plus en plus sophistiqués où on dénombrait dans ces années plus de 12 bateaux appartenant aux deux plus grosses compagnies rivales. Et depuis, l’Avion n’a plus jamais su comment ré-institutionnaliser sa dynamique de transport !
     La concurrence entre les compagnies maritimes a poussé leurs responsables respectifs à investir sans compter sur la multiplication effrénée d’une flotte déjà pléthorique, toujours plus rapide mais surtout plus dispendieuse. 
     Autres facteurs :
  Les magasins des îles se voient confrontés à la concurrence directe de leurs propres revendeurs de Guadeloupe, puisque les clients potentiels des îles s’approvisionnent dès lors directement sur le continent.
    On a assisté parallèlement, à l’explosion, dans ces années 90, de la Zone Industrielle de Jarry. Dans cette même décennie, Pointe-A-Pitre rendait commercialement l’âme petit à petit où les acheteurs potentiels se retrouvaient tous aussi chez le revendeur de Jarry.
   Ces revendeurs grossistes n’ont pas joué le jeu de l’éthique commerciale.
      - Je veux pour preuve en qualité de Président de l’ASSECOMAG d’avoir eu en main en 1991 la copie de la facture d’une « sorbetière » achetée par un particulier chez un grossiste à Jarry au même prix qu’un commerçant à Grand-Bourg qui en achètent 6 pour la revente.
     Par conséquent, on observera à Marie-Galante la fermeture impuissante de nombreuses affaires sans pour cela que l’on s’interroge sur les inconséquences immédiates et futures !
      En final de compte, les îles du Sud finiront par se dépeupler et automatiquement ces populations viendront grossir celle des Abymes, Pointe-à-Pitre, Gosier, Baie-Mahault, Lamentin, particulièrement par les Marie-Galantais et les Désiradiens, et les régions de Basse-Terre et Trois Rivières par  les îles des Saintes.

     Systématiquement, la jeunesse Marie-Galantaise dès les années 90, va rechercher sa destinée en Guadeloupe ou ailleurs. L’île natale en elle-même n’offre plus aucun débouché sinon d’être fonctionnaire dans l’éducation nationale et encore, un fonctionnaire ayant exercé ailleurs et qui ne serait pas très loin de la retraite !
     Le plus grand revers de cet état de cause réside dans cette « fuite en avant » des populations des îles vers la Guadeloupe. On se rend bien compte que les forces vives ont disparues à partir de ces années 90 et inéluctablement ce phénomène de déclin accéléré va spolier définitivement tout espoir de relance ou de redressement économique durable et pérennisé dans ces îles.
     Vers 97, 98 les voyages se sont littéralement affaiblis, la population moins importante, les rotations moins évidentes faute de passagers, les vedettes rapides qui ont tué Air-Guadeloupe, qui ont tué l’embauche dans ces îles, ont simplement fini par se mordre la queue. Le vide a généré le vide à tel point que personne ne s’en sort plus !
     La concurrence acharnée a abouti à une lutte sans merci de dumping, ces compagnies ont été dans l’impossibilité de trouver un consensus intelligent s’agissant des horaires de départ  et d’arrivée. Elles ont toutes les mêmes horaires pour la course en mer, la question a toujours été à qui arriverait le premier à destination or le second suivait toujours de 5 minutes d’écart au plus. Nous assistons alors très vite au retrait des Banques qui auparavant stimulaient et sustentaient allègrement cette frénésie destructrice.

     Ces compagnies se sont elles-mêmes auto-fusillées sur l’autel du non-sens puisque les passagers transportés ont fini par s’établir définitivement en Guadeloupe. Ce qui était une simple envie d’achat au départ est devenu une opportunité de vie et d’échappatoire indispensable par rapport à une île où plus rien de tangible n’était proposé !

     - Je veux pour preuve que depuis plus de 20 ans, aucune politique n’a su freiner ou inverser la courbe du dépeuplement de l’île de Marie-Galante, il y va de même pour les Saintes et la Désirade. Posons-nous la question de savoir, qu’est-ce qui a été fait ou même proposé depuis pour ces îles afin de stopper leur dépeuplement ? 
        Rien, tristement rien !
     On a assisté pantois à cette hémorragie, je dirai avec même une certaine hypocrisie morbide, un sarcasme et une appétence face à malheur d’autrui qui allait inévitablement devenir collectif !
     Le Tourisme n’a jamais réellement été « pensé » à Marie-Galante dans le but d’en faire une économie véritable, sinon un simple dérivatif de week-end permettant la survie de quelques loueurs de voitures et de quelques gîtes ça et là !
     Aujourd’hui, depuis le coup de gueule du LKP, on se rend subitement compte que la Guadeloupe est un Archipel !
     Il y a des réunions partout, on parle des Assises de-ci, deçà, de Congrès par-ci, par-là, des Etats-Généraux ici ou ailleurs, de Groupement d’Intérêts pour ces îles du Sud, d’Etat des lieux, de la création d’un Observatoire Economique, de plan Colibris, etc. etc. …et que sais-je encore !


       Que faudrait-il faire ?


     Je dis une chose, tout comme je l’avais annoncé 20 ans avant tous, concernant l’état actuel des îles du sud. J’avais réclamé un statut de "Zone Franche toutes activités" sur 10 ans, mais vu l’ampleur des dégâts en 2009, j’affirme qu’il faudrait aller beaucoup plus loin ! 

     Par conséquent, je proclame qu’il est urgent de constituer les îles du Sud (Marie-Galante, Désirade et Les Saintes) en une entité de COM : (Collectivité Outre Mer), ou une CMOM (Collectivité Maritime d’Outre Mer), si nous voulons réellement nous en sortir et si nous voulons enfin choisir et définir l’orientation de notre propre développement social, économique et culturel.

     A l’intérieur de ce statut, je suggère de manière synthétique quelques grands thèmes qui seront à approfondir et à mettre en place :
        *Constitution immédiate d’une Zone Franche toutes activités sur 10 ans (sur les 3 îles).

           *Mise en place d’un Transport Maritime par l’Etat pour assurer la continuité territoriale. (Service public).
   *Idem pour le Transport Aérien avec en sus, "l’Internationalisation" de l’Aéroport des Basses.

     *Pour la Sécurité, la mise en place immédiate sur chacune des îles d’un Poste de Police ou d’un Commissariat.
         *Idem s’agissant de la PAF.
         *Idem s’agissant de la Douane.
        *Développement des échanges linguistiques avec Cuba et Barbade.

         *Création du « Musée de la Mer » aux Saintes.
    *Création d’un « Musée de l’Histoire » (Exposition permanente sur l’esclavage + les Immigrations post-esclavagistes...) sur la Désirade.
       *Dynamisation touristique des îles du Sud avec la mise en place d’un "Observatoire Touristique" sur chaque île en place et lieu d’un simple Office du Tourisme. Développement de l’Image des îles. Faire de l’industrie du Tourisme une réalité économique.
         *Mise en place d’une « Taxe » destinée à promouvoir le développement économique, sur  le CA des jeux du hasard comme le Loto – Millionnaire – PMU… etc.
         *Réfection de tous les Sites et Vestiges historiques : Château Murat – Rousselle Trianon – Fort Napoléon etc. pour le développement touristique.
        *Développer et spécialiser la Désirade en Zone de Thalassothérapie – remise en forme – idem pour sportifs de haut niveau - Centre de rééducation destiné à l’appareillage des accidentés –
        *Création à  la Désirade d’un Centre de Désintoxication inter-île, lié à toutes formes d’addictions. (Alcool  et drogue).
      *Création aux Saintes d’une « Université de la Mer », touchant à tous les métiers du secteur. (Construction navale – Réparation – Innovation des techniques) - Mise en place d’une Ecole de formation de pilotes maritime tous niveaux –
        *Création d’un « Port de Pêche Inter-îles » aux Saintes avec infrastructure permettant la vente en gros du poisson, voire exportation et création de structures pour la conservation – la transformation – le stockage et le fumage du poisson des différentes pêches réunissant l’apport des autres îles du sud –
       *Mise en place d’une « Coopérative des Produits de la Pêche des îles du Sud » aux Saintes –
        *Création à  M/G d’un Tourisme de luxe – mise en place de Structures de réception de haut niveau – 
          *Création d’un Golf - Développement de gîtes et de tables d’hôtes pour le tourisme journalier et de W E –
          *Développement à  M/G d’une « Ecole Internationale du Cinéma » en partenariat avec le CNC - 
          *Faire de Murat l’arrière cour d’un « Studio Spécialisé en Effets Spéciaux » –
       *Repérages de lieux idylliques de tournage dans un Book Mondial pour tournages internationaux sur les  3 îles.
      *Création d’une « Ecole du Journalisme et des Métiers de l’Audiovisuel » à Marie-Galante.
         *Création d’une TV des îles du Sud  - Idem Radio sur chaque île –
       *Faire de M/G, un « Centre d’Affaires au niveau Caribéen ».
         *Développement de l’Agriculture (agro-transformation) – Création d’un INRA.
    *Développement de la production cannière – modernisation de l’usine de Grand-Anse – développement de la filière (canne sucre rhum) –
       *Création du « Musée de la Canne et de l’Histoire des Usines » sur l’ancien site de l’Usine Robert.

      *Mondialisation de l’Exportation du Rhum, sans restriction de quota –
           *Faire de Folle-Anse une Zone de Développement Commerciale et Industrielle. –
        *Repositionnement du Port de Folle-Anse en « Port Sucrier et Touristique » où les bateaux de croisières peuvent accoster. (Ce qui permet de percevoir une taxe sur chaque passager).
        *Création à  Folle-Anse d’une unité de Ciment Antillais pour la mise en sachet du ciment sur place grâce à des silos de stockage de la matière première.
      *Idem s’agissant du stockage du Gaz Butane domestique. Mise en place d’une cellule pour la mise en bouteille localement.
              *Idem pour tous les produits GMA.
         *Développement du Tourisme de Croisière : Marie Galante – Désirade - Les Saintes. (Création de la destination).
       *Faire de Grand-Bourg la Capitale Administrative et Commerciale de M/G – de Capesterre la Zone par Excellence des Structures Hôtelières – de Saint Louis, l’Excellence Artisanale, Artistique et de la Restauration Marie-Galantaise.

     Je lance ici l’idée de la COM qui sera demain la voie à défendre si les générations d’aujourd’hui n’ont pas le courage de leur intelligence. Je n’ai pas volontairement livré toute ma stratégie sur l’inévitable réussite d’un tel concept. Je veux parler des nouvelles orientations  économiques modernes que peuvent développer les Îles du Sud, exemples: 

   *dans le domaine de l’Economie Culturelle et des Spectacles !
      *les nouvelles techniques pour la Maîtrise des Déchets Ménagers et le  Traitement des Ordures en générale.
   *les nouvelles technologies génératrices d’électricité à savoir l’éolienne,   l’hydroélectricité,  le solaire … etc.
      *dans le domaine du carburant bio à l’éthanol, pourquoi ne pas récupérer 85% de la production de la canne à M/G en éthanol pour la consommation d’essence des voitures et engins sur des Trois îles. Ce serait justement un label touristique exceptionnel et unique dans la Caraïbe !

     Les rapports avec le continent seront plus harmonieux, plus équitables et bien plus féconds grâce aux échanges commerciaux, touristiques, culturels, industriels et intellectuels instaurés dans les deux sens. La croissance économique des îles rejaillira sur la Guadeloupe elle-même, qui continuera de jouer un rôle  moteur dans toute la région.
     Les Trois îles en COM constitueraient un tremplin de relance économique inévitable où de nombreux Guadeloupéens pourront eux-mêmes trouver un emploi.
     Chacun doit penser l’épanouissement de sa terre pour le mieux être de sa population. Une substitution de population est entrain de s’opérer tout doucement à Marie-Galante d’où ma peur profonde de la perte progressive de ce qu’a été « l’identité Marie-Galantaise ».


       Je ne crie pas aux loups, mais je dis attention, la nature a horreur du vide !
    Un nouveau monde s’ouvre, les limites de la Mondialisation et la crise financière qui sévit démontrent une chose, c’est l’extrême fragilité du Capitalisme.
   La société occidentale qui depuis des siècles gèrent le monde semble vouloir affirmer implicitement qu’elle n’a pas ou qu’elle n’a plus la science infuse.

     Le moment est plus que venu où nous devons nous réveiller pour faire entendre une nouvelle conception de ce monde qui point, en l’attestant par cette « caribénitude » que nous portons en Nous. Il revient aux hommes politiques actuels sur ces îles de pouvoir rassembler tous les fils vaillants capables de penser et de réaliser cet immense challenge du XXIème siècle !

              Bernard Leclaire

       Écrivain Marie-Galantais.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Lettre Ouverte à Maryse ETZOL !

                              Lettre Ouverte à Maryse ETZOL ! 



                         Lettre Ouverte à Maryse ETZOL !
Aurions-nous le droit d’adopter la posture des trois singes ?
Mon souhait le plus grand serait que l’on s’attaque d’abord au désenclavement de cette île, en réclamant à l’Etat d’établir une   « continuité territoriale » tangible par la mise en place d’un réseau aérien adapté ainsi qu’un projet maritime digne de ce nom, pour faciliter tous déplacements.
Comment parler de développement touristique sans cette mobilité évidente et indispensable ?
Pourquoi ne pas parler d’Internationalisation de l’Aéroport des Basses ?
Pourquoi ne pas envisager la double opportunité pour le Port de Folle-Anse en réaménageant sa structure certes, à vocation sucrière mais aussi touristique, afin de recevoir à quai les paquebots de croisières. (1 ou 2€ par passager pour la Commune).
Pourquoi ne pas poursuivre l’aménagement du Port de Grand-Bourg et sortir de cet enrochement définitif ? Le jour o…

Sacrilège de sacrilège ! Alexis Leger, dit Saint-John Perse !

Alexis Leger, dit Saint-John Perse Né le 31 mai 1887 à Pointe-à-Pitre en Guadeloupe Mort le 20 septembre 1975 à Hyères dans le Var Poète, écrivain et diplomate Guadeloupéen Lauréat du prix Nobel de littérature Sacrilège de sacrilège ! Alexis Leger, dit Saint-John Perse
« Innombrables sont nos voies, et nos demeures incertaines »
Sacrilège de sacrilège Ils m’ont tué Que voilà une deuxième fois Anéanti Dans ma chair Dans mon cœur Dans mon être Décapité Et assassiné   Sur l’autel de l’oubli - de la honte Du déshonneur De l’ignorance Ce 23 septembre  2017 La Maison de mon enfance 54 rue Achille René Boisneuf Dans ma ville d’art et d’histoire A Pointe-A-Pitre Juste quelques heures Après le passage de Maria Comme quoi Le désastre pas suffisamment horrible Alors L’on décida l’estocade portée De ce qui fut moi Et le tout Pays Guadeloupe A coup de bulldozer A coup de concasseur A coup d’idiotie oui … Ils ont ratiboisé mon enfance Ma vie Mon histoire Mais leur enfance Mais leur vie Mais leur histoire    A tous ceux qui  Sa…

HOMMAGE A ERIC FONTES

  HOMMAGE A ERIC FONTES
                                                        Hommage à ERIC FONTES                                                                 G/B le, 29/07/2017
POUR ERIC …
La mort n’est que chair Les gens viennent et traversent Le cercle  qui toujours se régénère L'instant d'une porte ouverte Sur l’extralucide Certains par l'esprit à jamais demeurent Mon ami, notre ami Parent, frère … Qui subrepticement nous a tourné le dos Pour le temps du non-temps Pour le temps de tous les temps Mais Ici-bas  parmi nous L'artiste est présent Présent Dans toute sa dimension musicale Spirituelle et ésotérique S'il existe bien un présent-continu Digne d'un commencement d'éternité   Alors  Cet art  immuable et intemporel Est bien notre Eric de l'allée des Poiriers Notre cher Eric Silex conscient au sourire délicat Un être aux contours de sens et du sens Incompris parfois  dans son acuité du vivant