Accéder au contenu principal

Un visage dans la mer



SUR LES TERRES VAINCUES



Sur les Terres Vaincues

Couvercle assombrissant

Bouche de cachot,

ville assiégée, ballon d’otages,

concert d’apocalypse armaguédant les éléments.


Macabre danse de fourmilière apeurée

Femme et enfant en tourbillon d’effroi et d’émoi.

Arbres nus, sexe arraché béant, fantôme de

désolation,

debout vent de mitraille !


Mitraille de vent ! avalant, dévalant, escaladant,

et vomissant en lambeau demeures et pudeurs.


Vacillant la flottaison de l’île chavire,

latin des vents contre latin des humains !


Métal vaticinateur pour âme d’innocent,

aiguiseur psalmiste de contre miroir,

bourreau aporétique, balayeur de nécropole,

nuit ocre germinative d’anti-furie.


Métastase bariolée, pute scissipare,

nécrose purulente de pustules abominables,

apostilles divines qui, le temps mauvais

après,

sur sa nuque, en héros porte le soleil,

phallus incandescent de renaissance

pour enfin demain plus sain.


B. Leclaire

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

POUR GUY HAMOT

POUR GUY HAMOT  



  Pour Guy Hamot


Attristé et consterné d'apprendre le décès de notre ami et parent Guy Hamot. Courage à toute la famille - il s'agit-là d'un deuil à l'échelle de l'île et que chacun se pose la question de sa responsabilité au sujet de l'éducation de sa progéniture ? Il serait temps que le miroir de la conscience puisse s'imposer face à certains visages ! BL.
Si vous saviez !
Voilà que le Pays S’invite aussi A la cuvée du diable !
Ton âme partie à la « valtowi » Ton histoire jetée Aux orties pilées Des sacrifices sataniques Ton avenir liquéfié Dans une mare de sang Du lugubre et Du pathologique collectif !
Au nom de celui Qui était De celui Qui est Et De celui qui Toujours sera …
Soyez donc maudits Jusqu’à La septième génération Pour avoir souillé Marie la Galante Marie la Gracieuse Marie la mère-Afrique des Caraïbes
Mon île, île monde Mon île, île hostie universelle
N’avez-vous jamais lu Camille Rousseau Guy Tirolien Alain Vérin Max Ripon Eloi Chasselas Jacques Portécop Ou vot…

Lettre Ouverte à Maryse ETZOL !

                              Lettre Ouverte à Maryse ETZOL ! 



                         Lettre Ouverte à Maryse ETZOL !
Aurions-nous le droit d’adopter la posture des trois singes ?
Mon souhait le plus grand serait que l’on s’attaque d’abord au désenclavement de cette île, en réclamant à l’Etat d’établir une   « continuité territoriale » tangible par la mise en place d’un réseau aérien adapté ainsi qu’un projet maritime digne de ce nom, pour faciliter tous déplacements.
Comment parler de développement touristique sans cette mobilité évidente et indispensable ?
Pourquoi ne pas parler d’Internationalisation de l’Aéroport des Basses ?
Pourquoi ne pas envisager la double opportunité pour le Port de Folle-Anse en réaménageant sa structure certes, à vocation sucrière mais aussi touristique, afin de recevoir à quai les paquebots de croisières. (1 ou 2€ par passager pour la Commune).
Pourquoi ne pas poursuivre l’aménagement du Port de Grand-Bourg et sortir de cet enrochement définitif ? Le jour o…

Le créole est-il une langue en exil ? L'exemple de Marie-Galante" !

Le, 27/10/2013

À l'occasion de la JOURNÉE INTERNATIONALE DU CRÉOLE, dimanche 27 octobre, « Tous créoles » présente une conférence de Bernard Leclaire sur le thème :
"Le créole est-il une langue en exil dans son propre chez soi ? L'exemple de Marie-Galante" !
        Rendez-vousà la distillerie Trois-Rivières (Sainte-Luce, Martinique).

                                                   ***
"Le créole est-il une langue en exil dans son propre chez soi ?     Non… ! L'exemple de Marie-Galante" !

Avant de commencer cette intervention, je dois vous avouer que je l’aborde  dans l’esprit d’un échange fraternel, d’autant plus que lorsque je suis en Martinique je me sens chez moi. Avant d’aller plus loin néanmoins, permettez-moi de remercier les organisateurs de cette manifestation. D’abord « Tous Créoles » qui fait un travail remarquable et remarqué sur notre « créolitude » ainsi que mon Éditeur, Monsieur Jean Benoît Desnel, qui, dès nos premières rencontres, a cru…