Accéder au contenu principal

COMMEMORATION




COMMÉMORATION 27 MAI 1848 



Commémoration
27 mai 1848


Commémoration ou pas pourquoi pas et après

Combien de cent cinquante ans faudra-t-il encore
Pour que la Mare au punch de Pirogue
Cesse de rendre les tragiques vomissures
De ses entrailles blessées
Faudra-t-il encore
Faire tomber les seins des nonnes et faire bambouler les curés

Combien de cent cinquante ans faudra-t-il encore
Pour qu’exorciser les fantômes rebelles
De Baimbridge vers l’au-delà définitivement
Se laissent glisser et que l’on cesse enfin d’entendre
En plein midi aujourd’hui encore geindre
Les fils de Solitude la mulâtresse décapitée

Combien de cent cinquante ans faudra-t-il encore
Pour que les Martyres du Haut Matouba
Ne hantent plus les nuits de cette odeur de soufre macabre
Incitation guerrière à la vengeance
Et que de rage au ventre la vielle femme Soufrière
Réincarnée en héros ne vienne à son tour
Gronder les consciences piétineuses d’Histoire

Combien de cent cinquante ans faudra-t-il encore
Pour annihiler cauchemars et démons
Peuplade des nuits et zombies des jours

Cent cinquante ans de – silencement

Combien de cent cinquante ans faudra-t-il encore
Pour que ces fillettes défoncées quatre siècles durant
Rejettent enfin les bâtards mort-nés de la Honte
Vomissement

Cent cinquante ans de – silencement

Combien de cent cinquante ans faudra-t-il encore
Pour que ce semblant d’Humanité reconnaisse
Ses crimes d’hier et d’aujourd’hui
Que la facture de l’infamie soit symboliquement
Pour toujours et à jamais
Acquittée à la face amnésique de ce Monde

Faudra-t-il encore
De colère que le sablier du Grand Barbu s’écrase
Répandant de nouveau « les sept plaies »

Que les aubes ne naissent plus
Paradis dès lors des soucougnans
Des crépuscules vaincus en obscurité définitive
Combien de cent cinquante ans faudra-t-il encore
Vomissement

Sinon cent cinquante ans de - silencement

Commémoration ou pas pourquoi pas
Et Maintenant.


« Un Visage dans la Mer » - Alizés 2000 -
27 mai 1848 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Lettre Ouverte à Maryse ETZOL !

                              Lettre Ouverte à Maryse ETZOL ! 



                         Lettre Ouverte à Maryse ETZOL !
Aurions-nous le droit d’adopter la posture des trois singes ?
Mon souhait le plus grand serait que l’on s’attaque d’abord au désenclavement de cette île, en réclamant à l’Etat d’établir une   « continuité territoriale » tangible par la mise en place d’un réseau aérien adapté ainsi qu’un projet maritime digne de ce nom, pour faciliter tous déplacements.
Comment parler de développement touristique sans cette mobilité évidente et indispensable ?
Pourquoi ne pas parler d’Internationalisation de l’Aéroport des Basses ?
Pourquoi ne pas envisager la double opportunité pour le Port de Folle-Anse en réaménageant sa structure certes, à vocation sucrière mais aussi touristique, afin de recevoir à quai les paquebots de croisières. (1 ou 2€ par passager pour la Commune).
Pourquoi ne pas poursuivre l’aménagement du Port de Grand-Bourg et sortir de cet enrochement définitif ? Le jour o…

HOMMAGE A ERIC FONTES

HOMMAGE A ERIC FONTES
Hommage à ERIC FONTES         G/B le, 29/07/2017
POUR ERIC …
La mort n’est que chair Les gens viennent et traversent Le cercle  qui toujours se régénère L'instant d'une porte ouverte Sur l’extralucide Certains par l'esprit à jamais demeurent Mon ami, notre ami Parent, frère … Qui subrepticement nous a tourné le dos Pour le temps du non-temps Pour le temps de tous les temps Mais Ici-bas  parmi nous L'artiste est présent Présent Dans toute sa dimension musicale Spirituelle et ésotérique S'il existe bien un présent-continu Digne d'un commencement d'éternité   Alors  Cet art  immuable et intemporel Est bien notre Eric de l'allée des Poiriers Notre cher Eric Silex conscient au sourire délicat Un être aux contours de sens et du sens Incompris parfois  dans son acuité du vivant Toujours à frôler le nirvana

Le créole est-il une langue en exil ? L'exemple de Marie-Galante" !

Le, 27/10/2013

À l'occasion de la JOURNÉE INTERNATIONALE DU CRÉOLE, dimanche 27 octobre, « Tous créoles » présente une conférence de Bernard Leclaire sur le thème :
"Le créole est-il une langue en exil dans son propre chez soi ? L'exemple de Marie-Galante" !
        Rendez-vousà la distillerie Trois-Rivières (Sainte-Luce, Martinique).

                                                   ***
"Le créole est-il une langue en exil dans son propre chez soi ?     Non… ! L'exemple de Marie-Galante" !

Avant de commencer cette intervention, je dois vous avouer que je l’aborde  dans l’esprit d’un échange fraternel, d’autant plus que lorsque je suis en Martinique je me sens chez moi. Avant d’aller plus loin néanmoins, permettez-moi de remercier les organisateurs de cette manifestation. D’abord « Tous Créoles » qui fait un travail remarquable et remarqué sur notre « créolitude » ainsi que mon Éditeur, Monsieur Jean Benoît Desnel, qui, dès nos premières rencontres, a cru…