Accéder au contenu principal

Suite à l’article d’Hélène BEAUREGARD : « Guadeloupe, ton économie fout le camp » !






« Guadeloupe, ton économie fout le camp »  du 05/01/2014 !

"…Il y a cinq ans maintenant que le LKP a déclenché la plus grave et la plus longue crise sociale et économique en Guadeloupe, et dont nous en payons encore les conséquences négatives notamment en matière de coût du travail et de la désaffection pour notre pays des investisseurs tant locaux qu'étrangers. En sorte que l'économie de la Guadeloupe n'est compétitive sur aucun plan et donc est incapable depuis 2009 de créer de la richesse et de l'emploi dans le secteur marchand…"  H B.

Je ne partage pas cette partie de l'analyse même si dans l'ensemble il y aurait certes quelques pistes et remarques assez intéressantes !

Ce ras-le-bol général a servi de soupape et nous a très certainement permis d’éviter  une horrible catastrophe. Quand les choses ne fonctionnent plus, il faut savoir s’arrêter pour réfléchir afin de trouver de nouvelles mesures plus adéquates.  Ceci-dit, il faut rechercher les causes du marasme économique d’aujourd’hui, en France comme en Guadeloupe, dans les différentes politiques menées depuis cette crise de 2009 et même bien avant !   

  Si dans la forme, il me parait évident que ni l’Etat et ni les protagonistes de cette lutte de l’époque n’ont pas su maîtriser  ce pan de notre histoire, il s’avère aujourd’hui judicieux et honnête d’affirmer que dans le fond, il y avait ou plus exactement, il y a  une réalité conjoncturelle magmatique qui mérite plus qu’une simple et léthargique attention, puisqu’elle est sournoisement en train de refaire surface !

La Crise Sociale de 2009 a révélé un malaise chronique et si elle n'avait pas éclatée à cette période précise, on aurait probablement assisté après, à la pire explosion sociale jamais vue dans l’histoire de la Guadeloupe, avec tous les débordements possibles et inimaginables !

A l’heure où nous parlons, la problématique de l’eau n’est pas réglée, il y va de même pour le conflit des Gérants des Stations de Service avec le Ministre des O M, d’ailleurs une nouvelle rencontre est programmée le 09 de ce mois.
Nous avons une dure crise Economique qui s’éternise, la crise de la Jeunesse avec son cortège de malheurs, la crise de l’Education Nationale, la crise du Transport qui n’est toujours pas réglée, les Îles du Sud en totale déperdition, la crise de l’Emploi qui est avilissante et intenable, la crise Bancaire, la crise de l’Euro et la pire des pires, la crise Politique …qui elle, gangrène l’évolution de cet Archipel dont personne n’ose mot dire !

Il est vrai que l’année 2014 a priori donne grand froid dans le dos ! N’attendons pas le clash pour agir, il est temps de mettre en place les fondements d’une économie du redémarrage !

B. Leclaire


Grand-Bourg le, 05/01/14




Commentaires

  1. Il aurait été intéressant de mettre en lien le texte d'Hélène Beauregard.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne remarque ! C'est fait et merci de votre contribution.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Lettre Ouverte à Maryse ETZOL !

                              Lettre Ouverte à Maryse ETZOL ! 



                         Lettre Ouverte à Maryse ETZOL !
Aurions-nous le droit d’adopter la posture des trois singes ?
Mon souhait le plus grand serait que l’on s’attaque d’abord au désenclavement de cette île, en réclamant à l’Etat d’établir une   « continuité territoriale » tangible par la mise en place d’un réseau aérien adapté ainsi qu’un projet maritime digne de ce nom, pour faciliter tous déplacements.
Comment parler de développement touristique sans cette mobilité évidente et indispensable ?
Pourquoi ne pas parler d’Internationalisation de l’Aéroport des Basses ?
Pourquoi ne pas envisager la double opportunité pour le Port de Folle-Anse en réaménageant sa structure certes, à vocation sucrière mais aussi touristique, afin de recevoir à quai les paquebots de croisières. (1 ou 2€ par passager pour la Commune).
Pourquoi ne pas poursuivre l’aménagement du Port de Grand-Bourg et sortir de cet enrochement définitif ? Le jour o…

HOMMAGE A ERIC FONTES

HOMMAGE A ERIC FONTES
Hommage à ERIC FONTES         G/B le, 29/07/2017
POUR ERIC …
La mort n’est que chair Les gens viennent et traversent Le cercle  qui toujours se régénère L'instant d'une porte ouverte Sur l’extralucide Certains par l'esprit à jamais demeurent Mon ami, notre ami Parent, frère … Qui subrepticement nous a tourné le dos Pour le temps du non-temps Pour le temps de tous les temps Mais Ici-bas  parmi nous L'artiste est présent Présent Dans toute sa dimension musicale Spirituelle et ésotérique S'il existe bien un présent-continu Digne d'un commencement d'éternité   Alors  Cet art  immuable et intemporel Est bien notre Eric de l'allée des Poiriers Notre cher Eric Silex conscient au sourire délicat Un être aux contours de sens et du sens Incompris parfois  dans son acuité du vivant Toujours à frôler le nirvana

Le créole est-il une langue en exil ? L'exemple de Marie-Galante" !

Le, 27/10/2013

À l'occasion de la JOURNÉE INTERNATIONALE DU CRÉOLE, dimanche 27 octobre, « Tous créoles » présente une conférence de Bernard Leclaire sur le thème :
"Le créole est-il une langue en exil dans son propre chez soi ? L'exemple de Marie-Galante" !
        Rendez-vousà la distillerie Trois-Rivières (Sainte-Luce, Martinique).

                                                   ***
"Le créole est-il une langue en exil dans son propre chez soi ?     Non… ! L'exemple de Marie-Galante" !

Avant de commencer cette intervention, je dois vous avouer que je l’aborde  dans l’esprit d’un échange fraternel, d’autant plus que lorsque je suis en Martinique je me sens chez moi. Avant d’aller plus loin néanmoins, permettez-moi de remercier les organisateurs de cette manifestation. D’abord « Tous Créoles » qui fait un travail remarquable et remarqué sur notre « créolitude » ainsi que mon Éditeur, Monsieur Jean Benoît Desnel, qui, dès nos premières rencontres, a cru…