Accéder au contenu principal

RENCONTRE DU 10/01/14 AVEC LES MARIE-GALANTAIS DE LA DIASPORA

RENCONTRE DU : 10/01/14 AVEC LES MARIE-GALANTAIS DE LA DIASPORA A REMY NAINSOUTA PAP



                                DISCOURS DU 10/01/14


MON CHOIX POUR MON ÎLE !

La situation dans laquelle se trouve actuellement Marie-Galante et plus précisément notre Ville de Grand-Bourg est une situation on ne peut plus catastrophique, désormais insoutenable et intolérable !

Le fils de ce « Pays Marie-Galante » que je suis ne peut plus longtemps demeurer insensible à la souffrance de tout un Peuple qui historiquement a toujours su montrer et démontrer sa bravoure, sa fierté et sa combativité face aux méandres de la Vie.

Lorsque vous n’allez pas à la Politique, c’est la politique qui inexorablement vient à vous ! Trop nombreux nous sommes aujourd’hui, à affirmer que la Politique est impuissante et qu’elle ne peut plus rien résoudre !

Ceci est un flagrant aveu d’impuissance qui satisfait certes notre paresse et notre nonchalance ! Par cette attitude nous validons la médiocrité à un point tel, que l'Histoire elle même, finira par nous associés aux fossoyeurs ! 

Ne nous cachons pas, ne nous cachons plus, derrière notre auriculaire en clamant tout à fait, détendus et mondains : « nous avons les Politiques que nous méritons », pensant ainsi nous dédouaner de la paternité de nos propres monstres !

Je ne pratique pas et je ne cultive pas le culte de l’homme ! Et même si nous attendons tous et fort judicieusement le Créateur, la réalité, celle que nous vivons en ce moment à Marie-Galante sonne comme un coup de massue  dans notre sommeil simulé !
N’a-t-il pas lui-même chassé les marchands du Temple ! N’est-il pas  maître de l’Ordre ? Il nous interdit alors l’inaction, le laisser-faire et le laisser-pourrir !

Il y a désormais un moment pour l'action et le choix d'un homme et …c'est maintenant !

L’individualisme est le  cancer de notre misérable époque ! Il ne suffit pas de pouvoir s’abriter de la pluie pour clamer qu’il n’existe pas de sans abris ! Si le ciel un jour doit nous tomber sur la tête alors il n’épargnera quiconque !
         Cette métaphore pour vous dire chers amis, que nous sommes tous dans le même bateau et que nous traversons tous le même Hugo !        Et, je dis alors « malheur » à celui qui n’entendra pas les gémissements du pauvre !

Que chacun ici-bas prenne ses responsabilités  - au nom de notre Pays – au nom de notre Île – au nom de notre Peuple – aux noms de nos Aînés passés à l’orient éternel – au nom de l’Avenir – au nom de demain et de la confiance inaltérable des futurs rayons qui commanderont au soleil d’exister – aux noms de nos Ancêtres libérés en 1848 – aux noms de nos Enfants ici-bas et à venir !

Oui, trois fois oui, que chacun prenne ses responsabilités face à l’Histoire qui est toujours un miroir pour demain !

Non, je ne pratique pas et je ne cultive pas le culte de l’homme ! Je ne vénère aucun de ces bipèdes vaniteux et mortels heureusement !        Mais, l’heure est grave et l’heure de nous-mêmes va et doit bientôt sonner !
Nous n’avons plus l’âge du père noël ou des chimères soporifiques ! Non !
La réalité n’est pas une illusion et notre perception nous retransmet avec exactitude la profondeur du gouffre amer !

Il va nous falloir faire un choix !

Nous sommes au XXIème Siècle et le monde a beaucoup changé – tous les hommes sont des hommes et il n’existe plus de petit peuple !
Toutes les intelligences se valent et aucune culture ne détient le monopole de la vérité ! Nous la recherchons tous, à porter des bougies jusque dans les trous de nos narines ! Oui, cette petite lumière bleutée au fond là-bas, qui est notre bonheur rêvé et dont chacun a droit ! 

Des intelligences qui se valent, disais-je, à condition qu’elles prennent en considération l'espace immédiat et aussi l’espace lointain !
Nous sommes soucieux de l’île mais l’île ne nous enferme pas ; bien au contraire, notre insularité nous ouvre au Monde et même par delà le Monde !  Et à ce titre, notre objectif de bonheur est le même au nom d’une Humanité toute entière, sans restriction aucune !

La Mondialisation qui n'est pas la Mondialité, est un lourd tonneau de viandes salées, lâché en haut d’un morne et elle écrasera inéluctablement tout sur son passage !

Seuls les peuples érudits et profondément enracinés dans la rocaille d’eux-mêmes résisteront !
Nous n’avons pas, nous n’avons plus le choix, nous avons l’obligation solennelle et l’exigence de notre réussite et pour cela, nous devons désormais faire appel à notre Excellence réunie !

Pour toutes ces raisons, face à un Monde de plus en plus tumultueux et complexe, mon analyse – ma sensibilité – mon flaire et mon intellect …me conduisent, en âme et confiance, à vous faire humblement part de ma parcelle de Vérité et de mon Choix de l'homme qui, à mon avis est le mieux placé pour sortir le Pays des griffes de l’obscurité ! 

J’ai décidé de travailler avec un homme, le seul qui, dans le contexte  de déliquescence de notre Patrie Marie-Galante, saura relever le défit de la résurrection de Grand-Bourg ; oui, j’ai pris cette décision en mettant à sa disposition mon savoir-être – mon savoir-faire et mon savoir-dire, et cet homme est l’homme ici présent, j’ai nommé : Jean Girard !

         Il est l’homme de la situation – le leader incontesté et incontestable de l’Opposition – il est l’homme de la réconciliation – l’homme du rassemblement – il est l’homme de l’espoir et de l’expérience !

Je vous demande de lui faire confiance – de me faire confiance – de nous faire confiance – de faire confiance à l’équipe avec Claude Deffieu - aux noms de nos Pères et de notre Terre matricielle :

MARIE-GALANTE !

Cette équipe est une chance, « La » chance ultime d’un Pays et d’un Peuple agonisants depuis longtemps – trop longtemps déjà, à la barbe des rires moqueurs et des sarcasmes fielleux d’individus incapables de dire demain !

Notre île souffre jusque dans ses entrailles et nos parents endormis ne dorment plus depuis si longtemps, de leur repos apaisé !

Nous avons définitivement l’âge et l’acuité de l’aigle royal, il nous revient dès lors, de dire et de montrer le chemin afin de ramener notre île sur les conditions de son succès.

Le navire Marie-Galante traverse un ouragan et la cargaison semble ne plus croire en un port dulcifié mais sachez que d’autres aujourd’hui ont décidé de rependre le gouvernail pour nous éviter le cap des abysses !

Il serait suicidaire après 24 ans de navigation en eau trouble d’offrir encore une fois, aveuglément notre destin à ceux qui n’ont jamais su lire et entendre …la plainte prémonitoire des Constellations !

Croyez-nous, ce Pays peut encore espérer en son Rêve ! Aidez nous – nous comptons sur vous – cet appel s’adresse à tous les Marie-Galantais ici et ailleurs, de part le Monde entier et tous les Amis de Marie-Galante et des Marie-Galantais !  

Je vous donne d’ores et déjà rendez-vous, pour la grande délivrance de Grand-Bourg avec notre Homme-Espoir en tête, et toute une équipe déjà prête, comme un seul homme et une seule volonté  pour redonner  enfin à cette île, à notre île, ses véritables lettres de noblesse d’antan et à venir !


Votre serviteur Bernard Leclaire.

PAP, REMY NAINSOUTA  le, 10/01/2014

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Lettre Ouverte à Maryse ETZOL !

                              Lettre Ouverte à Maryse ETZOL ! 



                         Lettre Ouverte à Maryse ETZOL !
Aurions-nous le droit d’adopter la posture des trois singes ?
Mon souhait le plus grand serait que l’on s’attaque d’abord au désenclavement de cette île, en réclamant à l’Etat d’établir une   « continuité territoriale » tangible par la mise en place d’un réseau aérien adapté ainsi qu’un projet maritime digne de ce nom, pour faciliter tous déplacements.
Comment parler de développement touristique sans cette mobilité évidente et indispensable ?
Pourquoi ne pas parler d’Internationalisation de l’Aéroport des Basses ?
Pourquoi ne pas envisager la double opportunité pour le Port de Folle-Anse en réaménageant sa structure certes, à vocation sucrière mais aussi touristique, afin de recevoir à quai les paquebots de croisières. (1 ou 2€ par passager pour la Commune).
Pourquoi ne pas poursuivre l’aménagement du Port de Grand-Bourg et sortir de cet enrochement définitif ? Le jour o…

HOMMAGE A ERIC FONTES

HOMMAGE A ERIC FONTES
Hommage à ERIC FONTES         G/B le, 29/07/2017
POUR ERIC …
La mort n’est que chair Les gens viennent et traversent Le cercle  qui toujours se régénère L'instant d'une porte ouverte Sur l’extralucide Certains par l'esprit à jamais demeurent Mon ami, notre ami Parent, frère … Qui subrepticement nous a tourné le dos Pour le temps du non-temps Pour le temps de tous les temps Mais Ici-bas  parmi nous L'artiste est présent Présent Dans toute sa dimension musicale Spirituelle et ésotérique S'il existe bien un présent-continu Digne d'un commencement d'éternité   Alors  Cet art  immuable et intemporel Est bien notre Eric de l'allée des Poiriers Notre cher Eric Silex conscient au sourire délicat Un être aux contours de sens et du sens Incompris parfois  dans son acuité du vivant Toujours à frôler le nirvana

Le créole est-il une langue en exil ? L'exemple de Marie-Galante" !

Le, 27/10/2013

À l'occasion de la JOURNÉE INTERNATIONALE DU CRÉOLE, dimanche 27 octobre, « Tous créoles » présente une conférence de Bernard Leclaire sur le thème :
"Le créole est-il une langue en exil dans son propre chez soi ? L'exemple de Marie-Galante" !
        Rendez-vousà la distillerie Trois-Rivières (Sainte-Luce, Martinique).

                                                   ***
"Le créole est-il une langue en exil dans son propre chez soi ?     Non… ! L'exemple de Marie-Galante" !

Avant de commencer cette intervention, je dois vous avouer que je l’aborde  dans l’esprit d’un échange fraternel, d’autant plus que lorsque je suis en Martinique je me sens chez moi. Avant d’aller plus loin néanmoins, permettez-moi de remercier les organisateurs de cette manifestation. D’abord « Tous Créoles » qui fait un travail remarquable et remarqué sur notre « créolitude » ainsi que mon Éditeur, Monsieur Jean Benoît Desnel, qui, dès nos premières rencontres, a cru…