Accéder au contenu principal

…Il était une fois la France !


…Il était une fois la France ! 




…Il était une fois la France !

Oh que non, je ne trouve pas des raisons à l'innommable ! Mais je veux aller plus loin dans la compréhension des choses.

Comment et pourquoi un pays Démocratique et Républicain peut-il faire naître en ses entrailles des anti 1789 ?
 Qu'a-t-on raté de la sorte pour que le ver soit si bien logé dans le fruit ? Pourquoi nos jeunes sont-ils attirés par les Extrêmes au détriment de nos valeurs humaines et "civilisationnelles" ?
   
Je ne me contente pas d’une photographie ou essentiellement du factuel !  Ce que nous vivons n'est pas né d'aujourd'hui, nous avons fermé les yeux quand les premiers signes ont fait surface. Pire, nous avons fait naître l’horreur !

Depuis Mai 68, nous nous sommes efforcés à tout désacraliser ! Nous avons à force, déstabilisé voire tué le monde des Lumières !       Un monde où le Père n'a plus sa place ! Un monde où la Mère n'a plus sa place - où la famille toute entière n'a plus sa place - où "travailler" n'a plus sa place - où le Maire n'a plus sa place - où le Prêtre n'a plus sa place - où l'Instituteur n'a plus sa place - où le Service National n'a plus sa place – etc. …

Commençons par nous poser aussi les vraies questions – la monde Occidental a enlevé l’homme du centre de tous les débats afin d’y mettre la rentabilité et la spéculation … on  a détruit le respect de l’homme et l’homme dans son respect !
 Mon analyse est sociologique où d’autres ne le voient que par la petite lucarne de la TV.

Je m’attarde sur les inconséquences avant les conséquences, sur le pourquoi des causes avant les causes !
 Voilà les raisons qui font que la crise du monde occidental s’aggrave sans trouver remède.

Quand on ne s’arrête que sur le visible on ne résout rien sinon on s’enfonce chaque jour davantage dans le chaos. Le Français est le premier anti français – il est le premier a jeté l’opprobre sur son propre savoir-faire a fortiori sur son faire-savoir ! 
Il achète étranger sans se rendre compte de faire l’économie, parfois même, de son propre ennemi. Le Français qui a de l’argent, et même quand il n’en a pas, veut rouler en Porsche – en Mercedes -  en Audi … et j’en passe !

La France et tout le système occidental ont une nouvelle révolution culturelle à mener au sein de leurs propres peuples afin de gagner les grands enjeux du futur.

Ceux qui en ont, ils ont tellement pratiqué et pratiquent encore et toujours "la spéculation" qu'ils ont fait du Capitalisme une barbarie bis élevant alors une armée enrobée de fanatisme contre un système qui a priori devait au moins permettre au plus grand nombre de survivre !

Certains sont les propres fossoyeurs de notre monde ! Ils se connaissent ! Mais, je reste d'accord sur le refus total de la bestialité. Par contre, dénonçons les spéculateurs et aussi, soyons pour une redistribution des richesses !
Quand ton voisin ne mange pas, il finit par devenir ton ennemi ...! 
Lorsque tu dénigres qui tu es – ce que tu as …alors ne compte pas non plus sur autrui pour faire ton éloge !
Il était une fois la France – il était une fois le Général De GAULLE !

Grand-Bourg le, 08/01/2015
Bernard LECLAIRE.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Lettre Ouverte à Maryse ETZOL !

                              Lettre Ouverte à Maryse ETZOL ! 



                         Lettre Ouverte à Maryse ETZOL !
Aurions-nous le droit d’adopter la posture des trois singes ?
Mon souhait le plus grand serait que l’on s’attaque d’abord au désenclavement de cette île, en réclamant à l’Etat d’établir une   « continuité territoriale » tangible par la mise en place d’un réseau aérien adapté ainsi qu’un projet maritime digne de ce nom, pour faciliter tous déplacements.
Comment parler de développement touristique sans cette mobilité évidente et indispensable ?
Pourquoi ne pas parler d’Internationalisation de l’Aéroport des Basses ?
Pourquoi ne pas envisager la double opportunité pour le Port de Folle-Anse en réaménageant sa structure certes, à vocation sucrière mais aussi touristique, afin de recevoir à quai les paquebots de croisières. (1 ou 2€ par passager pour la Commune).
Pourquoi ne pas poursuivre l’aménagement du Port de Grand-Bourg et sortir de cet enrochement définitif ? Le jour o…

HOMMAGE A ERIC FONTES

HOMMAGE A ERIC FONTES
Hommage à ERIC FONTES         G/B le, 29/07/2017
POUR ERIC …
La mort n’est que chair Les gens viennent et traversent Le cercle  qui toujours se régénère L'instant d'une porte ouverte Sur l’extralucide Certains par l'esprit à jamais demeurent Mon ami, notre ami Parent, frère … Qui subrepticement nous a tourné le dos Pour le temps du non-temps Pour le temps de tous les temps Mais Ici-bas  parmi nous L'artiste est présent Présent Dans toute sa dimension musicale Spirituelle et ésotérique S'il existe bien un présent-continu Digne d'un commencement d'éternité   Alors  Cet art  immuable et intemporel Est bien notre Eric de l'allée des Poiriers Notre cher Eric Silex conscient au sourire délicat Un être aux contours de sens et du sens Incompris parfois  dans son acuité du vivant Toujours à frôler le nirvana

Le créole est-il une langue en exil ? L'exemple de Marie-Galante" !

Le, 27/10/2013

À l'occasion de la JOURNÉE INTERNATIONALE DU CRÉOLE, dimanche 27 octobre, « Tous créoles » présente une conférence de Bernard Leclaire sur le thème :
"Le créole est-il une langue en exil dans son propre chez soi ? L'exemple de Marie-Galante" !
        Rendez-vousà la distillerie Trois-Rivières (Sainte-Luce, Martinique).

                                                   ***
"Le créole est-il une langue en exil dans son propre chez soi ?     Non… ! L'exemple de Marie-Galante" !

Avant de commencer cette intervention, je dois vous avouer que je l’aborde  dans l’esprit d’un échange fraternel, d’autant plus que lorsque je suis en Martinique je me sens chez moi. Avant d’aller plus loin néanmoins, permettez-moi de remercier les organisateurs de cette manifestation. D’abord « Tous Créoles » qui fait un travail remarquable et remarqué sur notre « créolitude » ainsi que mon Éditeur, Monsieur Jean Benoît Desnel, qui, dès nos premières rencontres, a cru…