Accéder au contenu principal

Sacrilège de sacrilège ! Alexis Leger, dit Saint-John Perse !

Alexis Leger, dit Saint-John Perse
Né le 31 mai 1887 à Pointe-à-Pitre en Guadeloupe
Mort le 20 septembre 1975 à Hyères dans le Var
Poète, écrivain et diplomate Guadeloupéen
Lauréat du prix Nobel de littérature
Sacrilège de sacrilège !
Alexis Leger, dit Saint-John Perse

« Innombrables sont nos voies, et nos demeures incertaines »

Sacrilège de sacrilège
Ils m’ont tué
Que voilà une deuxième fois
Anéanti
Dans ma chair
Dans mon cœur
Dans mon être
Décapité
Et assassiné  
Sur l’autel de l’oubli - de la honte
Du déshonneur
De l’ignorance
Ce 23 septembre  2017
La Maison de mon enfance
54 rue Achille René Boisneuf
Dans ma ville d’art et d’histoire
A Pointe-A-Pitre
Juste quelques heures
Après le passage de Maria
Comme quoi
Le désastre pas suffisamment horrible
Alors
L’on décida l’estocade portée
De ce qui fut moi
Et le tout Pays Guadeloupe
A coup de bulldozer
A coup de concasseur
A coup d’idiotie oui …
Ils ont ratiboisé mon enfance
Ma vie
Mon histoire
Mais leur enfance
Mais leur vie
Mais leur histoire   
A tous ceux qui 
Sans vergogne aucune
M’ont crucifié sur le Golgotha de la honte
Je dis 
Vos noms pourriront dans la géhenne
Et même l’enfer refusera vos âmes
Car 
« Ils m'ont appelé l'Obscur,

Et mon propos était de mer
L'année dont moi je parle est la plus grande Année  

La Mer où j'interroge est la plus grande Mer
Révérence à ta rive

Démence
Ô Mer majeure du désir...
La condition terrestre est misérable

Mais
Mon avoir immense sur les mers
 Et mon profit incalculable aux tables d'outre-mer
...Et ma prérogative sur les mers est de rêver

Pour vous ce rêve du réel...
Ils m'ont appelé l'Obscur
Et j'habitais l'éclat »
De cet éclat de silex vert
Rejaillira toujours l’aube de diamant
Face aux ténèbres de fer rouge
Sachez que le Poète est Immortel
Vivant à jamais Démiurge
Par le temps dans le temps
Par le vent  dans le vent
Par l’encens dans l’encens 
Et dans l’esprit et le cœur des érudits
Les zombies eux
Erreront ad vitam
Attachés aeternam à leur cécité maléfique
Aussi sachez que  
La lumière incandescente
Appartiendra toujours
À ceux qui osent transmettre
L’Humanité de la régénérescence !

         « Ils naviguaient déjà tous feux éteints, quand descendit sur eux la surdité des dieux » ...

Bernard Leclaire, G B le, 24/09/2017




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

HOMMAGE A ERIC FONTES

  HOMMAGE A ERIC FONTES
                                                        Hommage à ERIC FONTES                                                                 G/B le, 29/07/2017
POUR ERIC …
La mort n’est que chair Les gens viennent et traversent Le cercle  qui toujours se régénère L'instant d'une porte ouverte Sur l’extralucide Certains par l'esprit à jamais demeurent Mon ami, notre ami Parent, frère … Qui subrepticement nous a tourné le dos Pour le temps du non-temps Pour le temps de tous les temps Mais Ici-bas  parmi nous L'artiste est présent Présent Dans toute sa dimension musicale Spirituelle et ésotérique S'il existe bien un présent-continu Digne d'un commencement d'éternité   Alors  Cet art  immuable et intemporel Est bien notre Eric de l'allée des Poiriers Notre cher Eric Silex conscient au sourire délicat Un être aux contours de sens et du sens Incompris parfois  dans son acuité du vivant

CREDO DE SANG POUR GUY TIROLIEN

CrEdo de sang  pour Guy TIROLIEN
ED. BOIS D’ÉBÈNE
Oui ... Il est pourtant revenu le Poète Revenu à la case du départ La case des grands départs et de tous les espoirs Dans cette rue de l'Eglise Notre Dame de Grand-Bourg Où Sacco sage canidé guettait ton retour Retour sur cette terre Ta terre Matée et démâtée Celle-là même où s’est levée ta race Toute ta race Afin que trace se fasse miroir Dans « l'immensitude » des Peuples Pour toi certes Mais d'abord pour eux Toute ta contribution Ta reconnaissance Ton amour Dire et oser        Exister avant tout …       Oui … Exister par-delà la stigmatisation Par-delà la géhenne des trafiqueurs humains Exister dans un monde immonde Un monde sourd Où l'on ne nous reconnaît Ni droit au verbe Ni droit à l'oxygène
Tard diront certains Trop vieux diront d'autres Mais là et terriblement là Pour enfin