Accéder au contenu principal

LA MORT DE L’HÔTEL KAWAN …EST MALHEUREUSEMENT A L’IMAGE ACTUELLE DE MARIE-GALANTE.





PLAIDOYER POUR L’HÔTEL KAWAN BEACH À MARIE GALANTE :



"LA MORT DE L’HÔTEL KAWAN EST MALHEUREUSEMENT A
LIMAGE ACTUELLE DE MARIE-GALANTE".
 

Nous assistons trop silencieusement  à un véritable scandale sur l’île Marie-Galante. Lhôtel KAWAN (propriété du CGOSH), par sa fermeture définitive et irresponsable, laisse plus quune vingtaine de familles dans la précarité la plus abjecte.
Jusqu'à aujourd'hui, nous n'avons entendu aucun des Politiques s'opposer ou même dénoncer ce crime.
Pourquoi ?
Aucune proposition aucune réaction aucune solution ?  
A ce prix, cette structure EST invendable plus que 4.500 000et 1.500 000de réparations à réaliser pour un éventuel redémarrage.   Il sagit-là, dun suicide économique et tout le monde le sait, principalement le propriétaire. Plus le temps passe, plus la structure se détériore pour devenir irrécupérable.

  NOUS  PROPOSONS :

-   De mettre à la location le bâtiment.

-  Une restructuration avec ouverture des capitaux,  inscrivant une partie privée et publique. 

-  Une politique touristique concertée avec l’ensemble des acteurs économiques de l’île.

Nous navons pas entendu parler des secours de la Région dans la grande programmation des millions versés dans loptique des élections régionales et ni même du Département qui pourtant, est patronné par une Marie-Galantaise ? Ne serait-ce quun coup de gueule, même si ce secteur nest pas des prérogatives du Département ! Rien du tout !

Aucune structure hôtelière ne peut être viable sur l’île de Marie-Galante, la Désirade ou même Terre de Haut ou Terre de Bas, sil ny a pas un réaménagement de la fiscalité globale des îles du Sud, mais aussi, un transport maritime et aérien à la hauteur du développement économique recherché.

 Aucune filière touristique ne sera possible si ces terres ne profitent pas immédiatement dun plan Marshall de redynamisation et dinnovation structurelle.
Les quatre îles doivent bénéficier dun statut de « zone franche » généralisée afin de ré-oxygéner leur économie dorénavant basée sur le développement touristique.

Laquelle englobant aussi le tourisme de croisière lartisanat le commerce le duty free la restauration la réalisation de centres daccueil pour les personnes âgées et la réalisation de centres de remises en forme spécialisés pour sportifs de haut niveau. Etc.

Nous proposons de travailler sur le développement de lindustrie culturelle. La promotion de l’île de M-Galante est incontournable à travers des événements culturels ou sportifs, il doit venir booster la relance touristique pour entraîner ensuite toutes les autres structures. Car pour nous, l’économie est une chaîne.

Lexemple du Festival « Terres de Blues » à Marie-Galante doit continuer dans le temps et doit désormais aller plus loin dans sa recherche de lexcellence et du développement économique.
La programmation semble plus ou moins maîtrisée, mais nous devons aujourdhui penser à comment faire profiter  davantage les marie-galantais  du passage des festivaliers. Également de mieux répartir les « in » et « off » sur l’ensemble de l’île.

Là, une réflexion simpose sur les retombées possibles et imaginables, corrélativement au festival proprement dit. Ne faudrait-il pas l’étaler sur une semaine complète  pour mieux dispatcher les éventuelles retombées ?

       Chaque trimestre doit produire un Festival ou un évènement, par rapport à la saison et l’époque. Il y a des secteurs à défricher comme : la culture et les loisirs, les sports et le bien-être, la santé et l’environnement.

Il y va de même pour les autres îles de la Guadeloupe. 

Nous reverrons :

- la « Fiscalité » de ces îles.

- la problématique des Successions. 

- le bilan successoral sera offert à chaque famille pour faciliter et motiver les différents partages.

Nous négocierons avec le Département la mise à disposition du foncier dont il est le propriétaire, afin de permettre aux jeunes marie-galantais d’implanter leur entreprise.

Nous procéderons à une  redistribution des ces terres agricoles aux jeunes agriculteurs afin de mettre en place la diversification et lagro-transformation.

Nous tâcherons de mettre  l’État face à ses responsabilités pour que « l’équité » soit effective dans le processus de la Continuité Territoriale qui, malheureusement aujourdhui est, davantage  une chimère quune réalité

S’agissant de la problématique des Sargasses, l’État va devoir enfin, reconnaître le classement de catastrophe naturelle. 

La réouverture de la Maternité de lHôpital de Ducos.

         Une gestion directe des sites historiques et patrimoniaux par la Communauté de Commune, financée par le Département.

Achèvement des travaux du Port de Grand-Bourg et réalisation du Boulevard « Malecón » partant du Troisième Pont jusqu’à lactuel Port, allant au lieu dit la Cible. Ce tracé doit passer derrière lancien hôpital Sainte Marie.

Nous prévoirons l’ouverture de l’Aéroport des Basses, et pourquoi pas dans le futur à son internationalisation.

Faire du Port de Folle-Anse, techniquement une vocation sucrière mais aussi de croisière.

La mise en place dun Commissariat de la "Police Nationale" pour pallier les problèmes de la délinquance qui s’installe.

Idem pour la PAF (Police Air Frontière) et la Douane.

Financement dun GOFAST pour la surveillance des côtes contre le trafic de tous genres.

La mise en place de l’ « Incubateur International de la Jeunesse » en Guadeloupe aura les mêmes caractéristiques quune technopôle, avec le volet Insertion et Solidarité en plus, ce qui correspondrait à une spécificité liée aux difficultés sociales et économiques des 60% de jeunes qui sont au chômage dans les îles de Guadeloupe. 

Marie-Galante, La Désirade, Terre de Haut et Terre de Bas feront partie intégrante de cette grande modernisation de la pensée et des actions à venir. 
Ambition Guadeloupe veut quil y ait une réelle volonté de sortir ces îles, « dépendances » de la Guadeloupe, de lasphyxie et de la routine.

Nous appelons donc à une réaction citoyenne pour que ces populations montrent et démontrent leur exaspération face à cet immobilisme qui sévit depuis déjà trop de temps. 

Nous comptons sur votre clairvoyance et votre détermination à vouloir changer en positif les perspectives davenir, au nom simplement du RESPECT pour nos enfants et notre Pays.   

Pour AMBITION GUADELOUPE.
      SG, Bernard LECLAIRE


            GB le, 11/10/2015.

Commentaires

  1. Entre fatalisme hérité et désertification des penseurs, créateurs, acteurs de l'avenir, nous accumulons beaucoup de handicaps car la société civile pourtant très impliquée dans les associations s'en est toujours beaucoup remis aux institutions avec confiance et espoirs. Le résultat est édifiant, la population marie-galantaise est à son niveau le plus bas jamais enregistré. Il est temps de réaliser que l'Etat c'est nous, ce sont les projets que nous voulons voir aboutir avec détermination, c'est la défense de notre patrimoine menacé, ce sont des perspectives économiques et elles ne manquent pas au contraire de ce que l'on nous fait croire. Petit marché ne veut pas dire pas de marché, pas de vie, c'est justement par le petit qu'on commence et ils ne manquent pas dans les différents domaines du tourisme écologique, du sport, de la culture et de la santé. Un exemple criant, quand tout nous dirige à la mort des services de l'hôpital qui a coûté une fortune, qu'il a été construit dans un lieu unique, mais complètement à l'envers, puisque c'est le parking qui est orienté vers la la vue la plus large de nos horizons, on peut se dire qu'il ne manque pas grand chose pour lui apporter une aile de soins haute gamme aqualudique orienté tourisme, santé et loisirs pour le rendre économiquement viable et surtout en faire un lieu d'attrait touristique synonyme d'emplois et d'avenir. La réouverture de Bezard dès lors qu'un nouveau chantier école lui aura redonné son éclat avec un marché des produits artisanaux et une manifestation culinaire hebdomadaire ne pourra que faire renaître la beauté des traditions, l'ouverture des bases nautiques avec un choix de sports autant destinés à la population qu'aux touristes apportera une source de dynamisme vers des métiers liés à la mer et au vent, des projets touristiques clé en main destinés au sport cycliste pour re dynamiser le secteur qui est une source non négligeable de profits, le retour des lewos dans les centres bourgs et sur les plages, l'installation d'ateliers de mécanique encadrés pour la jeune population amoureuse des deux roues qui serviront à réunir transmission du savoir et des compétences aux plus jeunes mais aussi à ancrer les enjeux de la sécurité routière, et bien dautres projets parfaitement réalisables avec de faibles investissements pour le très court terme, moyen et long terme. Cependant, rien ne peut exister sans population et aujourd'hui c'est le problème majeur de Marie-Galante. Au point où on en n'est, il faudra certainement envisager des solutions d'appels à la population extérieure ou marie-galantaise avec des des propositions innovantes et viables. C'est possible, tout est possible, mais tout commence avec une population jeune que nos élites ont poussé au départ.

    RépondreSupprimer
  2. Marie-Galante reste une possibilité à condition de réunir tout le monde, en fondant d'abord une morale du collectif, de l'action pensée, réfléchie et déterminée. Quand les politiques finiront d'avoir peur qu'on ne veuille leur prendre leur place mais en travaillant avec ceux qui sont capables de dire parfois "non "quand cela s'impose. Pour grandir et s’élever il faut savoir accepter le dépassement de soi - la vision d'autrui - le consensus - le dialogue et non le monologue même organisé. Personne ne réussira ce Pays seul, sinon nous courrons droit au mur. Merci pour votre participation.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

POUR GUY HAMOT

POUR GUY HAMOT  



  Pour Guy Hamot


Attristé et consterné d'apprendre le décès de notre ami et parent Guy Hamot. Courage à toute la famille - il s'agit-là d'un deuil à l'échelle de l'île et que chacun se pose la question de sa responsabilité au sujet de l'éducation de sa progéniture ? Il serait temps que le miroir de la conscience puisse s'imposer face à certains visages ! BL.
Si vous saviez !
Voilà que le Pays S’invite aussi A la cuvée du diable !
Ton âme partie à la « valtowi » Ton histoire jetée Aux orties pilées Des sacrifices sataniques Ton avenir liquéfié Dans une mare de sang Du lugubre et Du pathologique collectif !
Au nom de celui Qui était De celui Qui est Et De celui qui Toujours sera …
Soyez donc maudits Jusqu’à La septième génération Pour avoir souillé Marie la Galante Marie la Gracieuse Marie la mère-Afrique des Caraïbes
Mon île, île monde Mon île, île hostie universelle
N’avez-vous jamais lu Camille Rousseau Guy Tirolien Alain Vérin Max Ripon Eloi Chasselas Jacques Portécop Ou vot…

Lettre Ouverte à Maryse ETZOL !

                              Lettre Ouverte à Maryse ETZOL ! 



                         Lettre Ouverte à Maryse ETZOL !
Aurions-nous le droit d’adopter la posture des trois singes ?
Mon souhait le plus grand serait que l’on s’attaque d’abord au désenclavement de cette île, en réclamant à l’Etat d’établir une   « continuité territoriale » tangible par la mise en place d’un réseau aérien adapté ainsi qu’un projet maritime digne de ce nom, pour faciliter tous déplacements.
Comment parler de développement touristique sans cette mobilité évidente et indispensable ?
Pourquoi ne pas parler d’Internationalisation de l’Aéroport des Basses ?
Pourquoi ne pas envisager la double opportunité pour le Port de Folle-Anse en réaménageant sa structure certes, à vocation sucrière mais aussi touristique, afin de recevoir à quai les paquebots de croisières. (1 ou 2€ par passager pour la Commune).
Pourquoi ne pas poursuivre l’aménagement du Port de Grand-Bourg et sortir de cet enrochement définitif ? Le jour o…

Le créole est-il une langue en exil ? L'exemple de Marie-Galante" !

Le, 27/10/2013

À l'occasion de la JOURNÉE INTERNATIONALE DU CRÉOLE, dimanche 27 octobre, « Tous créoles » présente une conférence de Bernard Leclaire sur le thème :
"Le créole est-il une langue en exil dans son propre chez soi ? L'exemple de Marie-Galante" !
        Rendez-vousà la distillerie Trois-Rivières (Sainte-Luce, Martinique).

                                                   ***
"Le créole est-il une langue en exil dans son propre chez soi ?     Non… ! L'exemple de Marie-Galante" !

Avant de commencer cette intervention, je dois vous avouer que je l’aborde  dans l’esprit d’un échange fraternel, d’autant plus que lorsque je suis en Martinique je me sens chez moi. Avant d’aller plus loin néanmoins, permettez-moi de remercier les organisateurs de cette manifestation. D’abord « Tous Créoles » qui fait un travail remarquable et remarqué sur notre « créolitude » ainsi que mon Éditeur, Monsieur Jean Benoît Desnel, qui, dès nos premières rencontres, a cru…