Accéder au contenu principal

QUAND LA FOI ET LE COURAGE NE SUFFISENT PAS ... !



QUAND LA FOI ET LE COURAGE NE SUFFISENT PAS, QUE RESTE T-IL ?






Quand la Foi et le Courage ne suffisent pas, que reste t-il ?

En réponse à la question posée par la Présidente d’AMBITION GUADELOUPE (Mélina SEYMOUR).


En effet, nous pouvons dire à l’heure où nous parlons « que le métier rentre » ! Oui pour la foi et le courage mais ils ne peuvent suffire dans un combat où la distinction se fera dans la conviction et la force de persuasion. Le doute est humain ainsi on pourrait plagier Descartes en affirmant « je doute donc je suis » !

La pédagogie, l’authenticité et l’amour du Pays seront les éléments fondamentaux qui feront  la différenciation avec des loups et des requins de la chose politique, pour ne pas dire la chose politicienne. Certains au pouvoir ont l’impression que le peuple guadeloupéen est comme un enfant perdu, à qui il suffirait, comme à une certaine époque, de brandir des pacotilles et des friandises pour gagner leur cœur et leur âme.

Le monde a changé et je pense aussi que la clairvoyance collective avance et décrypte la démagogie, la fourberie, l’hypocrisie et la réelle puanteur des égouts.
 Nous devons nous adresser à ces 48% d’individus qui ne votent pas, pas parce qu’ils n’ont pas d’analyse, mais justement, parce qu’ils ne font plus confiance à ces professionnels de l’écœurement et de la mystification.

La majorité de la société civile ne vote pas, ne participe pas et repousse totalement les politiciens du pays – ces citoyens sont dégoûtés parce que la Politique est devenue une affaire de parvenus et de petits Bonaparte en herbe.

Nous avons fondé AMBITION GUADELOUPE, n’épousant dès le départ aucune chapelle parce que nous ne croyons ni en la Droite ni en la Gauche, encore moins dans une orientation extrême ou bornée méconnaissant les valeurs démocratiques et républicaines.

Nous sommes des Guadeloupéens et nous disons que nous pensons et nous rêvons Guadeloupe. La France est un « partenaire » et tout est définitivement dit par  ce terme. D’abord pour la Guadeloupe et ensuite avec la France !
Nous n’avons pas de courbettes à faire devant quiconque puisque nous réclamons un dû historique de droit pour construire et structurer notre pays et notre économie. Nous fonctionnerons dans un rapport de pensée à pensée et non d’exécution à pensée !

 Nous sommes égaux face à l’avenir et ensemble nous définirons les axes de progrès et du devenir. Quand la Foi et le Courage ne suffisent pas, que reste t-il ?  
Alors il reste l’espoir, l’espoir en et pour notre jeunesse qui souhaite entendre enfin un discours tonitruant et vertical. L’espoir pour un peuple qui veut marcher droit sans avoir à raser les murs et sans avoir à baisser la tête. Voilà le feu qui rallumera les cœurs pour un désir d’avancer et de construire ensemble.

De 1848 à aujourd’hui il n’y a aucun pas de fait – tout reste à faire dans le sens du choix économique et de la stratégie sociologique. Ce n’est pas un Macte planté en signe du désespoir et du déshonneur de l’histoire qui viendra donner du travail à notre jeunesse – il nous faudra repenser nos urgences et nos extravagances morbides et futiles.

Au lieu de 25000 entrées dans un Panthéon aux mains coupées, on aurait mieux fait aujourd’hui d’avoir créé 25000 emplois ! Nous souhaitons que notre peuple arrête un peu de s’apitoyer sur le passé afin de mieux appréhender son avenir. Parlons de demain au lieu sans cesse d’avoir à ressasser les tumultes que nous connaissons et que les autres aussi connaissent. Aucun besoin de rappeler les affres de l’histoire pour réclamer un vrai développement économique et un redémarrage de l’emploi dans nos contrées.

Cette attitude criarde et pleurnicheuse ramène chaque fois à colmater quelques brèches dans un navire qui depuis trop longtemps déjà prend de l’eau et n’arrête pas par conséquent de s’enfoncer. Ce n’est pas parce que certains politiciens ont fait fortune  sur les dix dernières années d’agitation yoyo-ique qu’il faudrait croire qu’il en est de même pour l’ensemble de nos populations. Il en serait même, tout à fait le contraire !  

Nous voulons pour preuve le vieillissement de la population – le ralentissement de la natalité – le départ massif des Guadeloupéens et le dépeuplement démographique sérieusement engagé d’après les constats de l’INSEE. Plus n’est besoin de plus ample dossier pour savoir que le pays est en régression voire en récession chronique.

La Guadeloupe n’est jamais rentrée dans la modernité de son XXIème siècle et ce n’est pas avec ce comportement de petites tapes dans le dos du Président Français que nous allons inverser la tendance. Il va falloir une équipe qui puisse regarder tout le monde dans les yeux et au fond des yeux pour enfin commencer à voir en face  son avenir.

Restez à l’écoute et demandez notre programme et là, vous comprendrez qu’il y a une révolution de la pensée et de l’action qui est en marche ! Ne ratez pas l’embarcation – vous aurez la chance de dire à vos enfants et à vos petits-enfants que faisiez parti de ces précurseurs qui ont cru dans l’équipe d’AMBITION GUADELOUPE.   

Bernard Leclaire - S G Ad. d’Ambition Guadeloupe.
Grand-Bourg le, 10/08/2015.

         L’homme ne possède pas la terre, c’est la terre qui possède l’homme ! 


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Lettre Ouverte à Maryse ETZOL !

                              Lettre Ouverte à Maryse ETZOL ! 



                         Lettre Ouverte à Maryse ETZOL !
Aurions-nous le droit d’adopter la posture des trois singes ?
Mon souhait le plus grand serait que l’on s’attaque d’abord au désenclavement de cette île, en réclamant à l’Etat d’établir une   « continuité territoriale » tangible par la mise en place d’un réseau aérien adapté ainsi qu’un projet maritime digne de ce nom, pour faciliter tous déplacements.
Comment parler de développement touristique sans cette mobilité évidente et indispensable ?
Pourquoi ne pas parler d’Internationalisation de l’Aéroport des Basses ?
Pourquoi ne pas envisager la double opportunité pour le Port de Folle-Anse en réaménageant sa structure certes, à vocation sucrière mais aussi touristique, afin de recevoir à quai les paquebots de croisières. (1 ou 2€ par passager pour la Commune).
Pourquoi ne pas poursuivre l’aménagement du Port de Grand-Bourg et sortir de cet enrochement définitif ? Le jour o…

HOMMAGE A ERIC FONTES

HOMMAGE A ERIC FONTES
Hommage à ERIC FONTES         G/B le, 29/07/2017
POUR ERIC …
La mort n’est que chair Les gens viennent et traversent Le cercle  qui toujours se régénère L'instant d'une porte ouverte Sur l’extralucide Certains par l'esprit à jamais demeurent Mon ami, notre ami Parent, frère … Qui subrepticement nous a tourné le dos Pour le temps du non-temps Pour le temps de tous les temps Mais Ici-bas  parmi nous L'artiste est présent Présent Dans toute sa dimension musicale Spirituelle et ésotérique S'il existe bien un présent-continu Digne d'un commencement d'éternité   Alors  Cet art  immuable et intemporel Est bien notre Eric de l'allée des Poiriers Notre cher Eric Silex conscient au sourire délicat Un être aux contours de sens et du sens Incompris parfois  dans son acuité du vivant Toujours à frôler le nirvana

Le créole est-il une langue en exil ? L'exemple de Marie-Galante" !

Le, 27/10/2013

À l'occasion de la JOURNÉE INTERNATIONALE DU CRÉOLE, dimanche 27 octobre, « Tous créoles » présente une conférence de Bernard Leclaire sur le thème :
"Le créole est-il une langue en exil dans son propre chez soi ? L'exemple de Marie-Galante" !
        Rendez-vousà la distillerie Trois-Rivières (Sainte-Luce, Martinique).

                                                   ***
"Le créole est-il une langue en exil dans son propre chez soi ?     Non… ! L'exemple de Marie-Galante" !

Avant de commencer cette intervention, je dois vous avouer que je l’aborde  dans l’esprit d’un échange fraternel, d’autant plus que lorsque je suis en Martinique je me sens chez moi. Avant d’aller plus loin néanmoins, permettez-moi de remercier les organisateurs de cette manifestation. D’abord « Tous Créoles » qui fait un travail remarquable et remarqué sur notre « créolitude » ainsi que mon Éditeur, Monsieur Jean Benoît Desnel, qui, dès nos premières rencontres, a cru…