Accéder au contenu principal

Interview de DANIK ZANDRONIS

                                       





Ce blog malheureusement n'existe plus sur CC1 ! Cet entretien date de 2009, mais il semble tellement d'actualité dans le fond après 4 ans que certains lecteurs avisés me le réclamaient absolument depuis déjà longtemps ! C'est fait et merci de me lire ! 



                                                  Interview de DANIK ZANDRONIS        


1.     Presque un an et 10 000 lecteurs sur votre blog hébergé par CC1 ! Qu’avez-vous appris de ces internautes ? Quels sont les sujets  les plus  récurrents ?


C’est en effet une immense joie de constater sur le compte-tour de statistique que 10 000 lecteurs ont visité mon Blog !
Ecrire c’est partager avec l’autre et on n’écrit jamais pour soi, sinon ce serait une forme d’autosatisfaction morbide.

L’outil internet joue véritablement son rôle et le lecteur en général trouve son compte. Il affirme franchement son accord quand les idées lui plaisent et il n’hésite pas à faire remarquer aussi son mécontentement quand c’est le contraire. Tout va bien tant que les gens se respectent !

Le grand mérite de CC1 est d’avoir, grâce au Net, instauré un dialogue, une réflexion et un échange permanents surtout à un moment propice où la Guadeloupe se cherche, se questionne et s’observe. Elle souhaite réellement que ses Auteurs se mouillent et que même Monsieur tout le monde donne ses impressions sur l’analyse sociologique du Pays, tout en essayant bien sûr d’apporter quelques solutions pour améliorer le système.

Des internautes en fait, je retiens la discussion, le débat et le partage des idées. Sur CC1 certains d’entre eux sont des inconditionnels qui apprécient particulièrement cette dynamique. C’est une très bonne chose dans le fond, surtout quand les idées sont pertinentes.

Je regrette parfois un certain emportement, ou plus exactement un manque de tolérance réciproque. Si nous étions tous toujours d’accord, il n’y aurait que des monologues. Comme je dis souvent « c’est de la contradiction que jaillit la diction ». Par conséquent, acceptons volontiers que l’autre ne soit pas toujours en phase avec nous puisque cela nous permet aussi de progresser.

Au niveau des différents sujets, il est manifeste que la question « sociétale » est au premier plan. Les grèves en début d’année ont terriblement marqué les esprits. On est loin d’avoir tout dit, tout analysé et tout compris de ces évènements.
Nombreux sont ceux qui aimeraient déchiffrer les raisons qui ont fait éclater ce magma social. Nombreux sont ceux qui aimeraient savoir si nous en sommes enfin sortis ou alors, si nous ne faisons que commencer à y entrer réellement !

Une chose est fondamentale et JEGO l’avait comprise : le temps de la communication est venu, le temps de la vérité est venu, le temps du dialogue est plus que jamais de rigueur !
Le Guadeloupéen epsilon ne veut plus être spectateur de son histoire. Il veut être celui qui dorénavant sera et fera l’Histoire. Il se sent magistralement Acteur.

Est-ce une mauvaise chose dans le fond ?  A priori et de manière simpliste, je dirai NON !
Veut-il être Acteur avec ou sans la France ? Je dirai qu’il se sent pour l’instant profondément français. Il tient même à ce que la France promeuve et aide au développement du pays, ne serait-ce que par ses responsabilités historiques vis-à-vis de la Guadeloupe.

Jusqu’à quand ? Personne ne le sait !  
Les générations à venir auront à gérer ces notions de perspectives. Mais, il est évident que l’homme guadeloupéen se sent totalement investi dans la réflexion d’aujourd’hui avec la France, à côté de la France pour son mieux être, mais non « en » la France.  La crise sociale est aussi et surtout une crise existentielle ! Le sacro-saint français est en pleine démystification et c’est tant mieux !

Peut-on entraver le cours de l’histoire, tout comme le cours de la rivière ou celui de la mer ? Non !  
Malgré les grandes difficultés actuelles ou probablement à cause de ces grandes difficultés, la Guadeloupe se réveille comme un après Hugo et elle se rend compte des dégâts causés, en se disant qu’il va falloir se retrousser les manches !
         Une grande « prise de conscience » face à la situation économique locale et mondiale lui dicte manifestement d’être plus que jamais au fait des solutions à envisager. Le Guadeloupéen « nouveau » est un individu préoccupé et soucieux de son devenir ! La vraie question est le choix des hommes pour mener à bien notre challenge !

L’un des problèmes immédiats auxquels la Guadeloupe doit faire face sans plus tarder, c’est sa Jeunesse.  J’appelle à la mise en place rapide des « Etats Généraux de la Jeunesse Guadeloupéenne ».
Cette jeunesse abandonnée, désœuvrée et laissée pour compte depuis la classe de troisième d’autant plus lorsqu’elle se trouve en situation d’échec scolaire ! 

         Il va falloir que les adultes (particulièrement les pères) dans ce pays retrouvent et réinstallent le dialogue avec leurs fils pour un grand exorcisme de la réconciliation.

Où sont les pères ?

Où sont ces pères de 40-50 ans qui ont abandonné la chair de leur chair  dans la souffrance affective  et dans le non-repère social et civique ?
         Il est ici, trop facile de toujours incriminer les « mères » comme les seules et uniques responsables du garçon qui a mal tourné !


2.     Vous  êtes  un  littéraire, romancier, …d'abord  un homme du « livre  papier », on parle  beaucoup du livre « numérique », y croyez-vous ?

Je pense sincèrement que le livre numérique ne marchera pas ! Et il en sera mieux ainsi !
Pour le vrai lecteur, le puriste, le contact physique avec l’objet « livre » est un cérémonial irremplaçable !   
Que de temps en temps, sur un sujet précis nécessitant des recherches, l’on consulte un livre sur le Net cela pourrait éventuellement se comprendre. Mais, cette technologie ne peut se substituer à une bibliothèque matérialisée. Oui, c’est vrai que l’on se pâme de plus en plus devant l’infinie possibilité du virtuel mais, il y a des livres avec lesquels on voudrait volontiers être enterrés !

Le livre a une odeur, le bruitage de la feuille que l’on tourne, le toucher du papier, le dernier chapitre que l’on aborde en se demandant quel sera le dénouement ? Il y a quelque chose de pratiquement comestible, dans la poésie par exemple !

Le livre que l’on trimballe partout comme un compagnon de route, avec qui on converse. On le plie, on le corne, on écrit dessus, on fait des ratures quand on désapprouve, on acquiesce par un oui écrit, on souligne etc. …

Qu’est-ce qui peut vraiment remplacer le livre sinon le livre ?
En plus, la lecture à l’écran est fatigante et désagréable. Lire plus de dix pages sur un ordinateur est une corvée. On est bien souvent obligé de sortir en pagination un texte si on veut réellement s’en imprégner au risque de passer à côté de son essentialité.  


3.     Comment expliquez-vous ce foisonnement littéraire, poétique, et culturel à Marie-Galante : Tirolien, Rousseau, Rippon, Vérin, Leclaire, Rutil ... etc. …et un gros festival ? 

Il serait effectivement intéressant sociologiquement de tenter de comprendre l’existence de ce foisonnement comme vous dites. Je dirai simplement que Marie-Galante est un Pays de très grandes luttes historiques. L’esclavage en ce lieu a été terrible. Depuis cette époque, la double insularité nous jouait déjà de très vilains tours. Ce qui était aboli en Guadeloupe était encore en vigueur chez nous.
Je veux surtout parler des tortures, puisque rares étaient les hauts dignitaires qui venaient vérifier quoique ce soit sur les îles. Le maître était le maître et sa parole était évangile.  Ce qui explique l’existence de nombreux trous de marronnage.

Les événements de 1848 à l’abolition en témoignent et en 1849 aussi, lors de la députation, on connaîtra ce fameux « procès des Marie-Galantais ». Après, il y aura de nombreuses luttes syndicales contre la fermeture des usines et des distilleries.  
 
Le Marie-Galantais est un peuple du terroir, de l’enracinement, versé dans sa culture et dans ses traditions. Un peuple qui n’envie pas l’autre, qui se bat pour ce qu’il possède à la sueur de lui-même.  Même quand il voit le médecin il ne rejette jamais sa médecine traditionnelle à base de ventouse coupée, d’assa-foetida, de queues d’anoli, de sangsues etc. …
On ne parle même pas des feuillages où chaque petite feuille, chaque branche ou chaque racine a un nom et une vertu médicinale.

Lé zyé koklèch, lé kokiyanndé, lé tòy, lé si ; avòté,  matrité, lé pirézi, mounsanbouké, mounsanmisk, fanm brenhengn, koutcham, bèlèkwè, tolinanni, tchoukoudmèl, adélala,  kachafwèt,  boukousou etc. …
« Chaque problème sur cette terre a sa solution » !
Voilà l’expression qui résume bien « l’être » Marie-Galantais !

Des aînés respectés qui jouent leur rôle de courroie de transmission vis-à-vis des plus jeunes. Un peuple d’une grande fierté, qui a le sens et le respect de la « propreté » même dans la misère la plus sordide !
Un peuple qui aime par-dessus tout, sa terre – son pays – son histoire, sa race et qui est fier aussi par-delà tout d’être noir.

Beaucoup de patronymes congolais font aussi la fierté de l’île, puisque arrivés entre 1875 et 1895 sous contrat, du Congo Brazzaville de la région du Kimélé. On trouve : les Sombé = N’Tsombe -  les Soumbo = Soumba ou Soumbou – les N’Gom ou N’Goma qui désigne le Tam Tam – les Dongal = N’Donga ou N’Dongui – les Siba = N’Tsiba qui désigne un « sifflet » - les Pambo = Pambou ou M’Pambou – les Zodros = N’Zondo etc. … le plus célèbre est probablement le patronyme de ma mère dont le père est arrivé à Marie-Galante durant l’immigration congolaise en 1892, accompagnés de sa femme Loasis avec  trois enfants, deux garçons et une fillette.
Le fils aîné s’appelait Louis Dendé, il avait 10 ans. Le second fils s’appelait Avril Joseph, il avait 7 ans et la fillette N’Goma qui avait 5 ans.
Ce Louis Dendé est le père de 32 enfants à Marie-Galante avec 4 femmes différentes. Ma mère fut la dernière enfant née de Louis Dendé qui  est mort en 1945.
Dendé = N’Dendé ou Ndé signifiant le voilà  – ou lui-lui ou celui-ci. Des papiers traduisent aussi Louis N’Dendélé ou N’Déndélé = premier enfant – premier fils - j’ai rebondi – (ku dénda) ou encore, j’ai réussi (ku lénda).
L’écriture a été francisée définitivement à partir de 1900 pour devenir la famille Dendelé. Le plus célèbre et le plus connu de Guadeloupe est sans doute l’ancien batteur de Manu Dibango, Joby Dendelé.

Je dois me rendre en voyage spirituel dans la région du Kimélé afin de respirer la terre de ce lieu et pour tenter de retrouver les traces de cette lignée. Au Congo Brazzaville, il y a aussi un fleuve qui porte le nom Dendélé dans cette même région du Kimélé. Ce mot Kimélé que l’on retrouve dans une vielle chanson créole : « mé kimélé mé kimélé an fè avèw » !

Comme quoi, d’où vient la force du Marie-Galantais ?

Il sait l’histoire rencontrée ou racontée, il sait terriblement au plus profond de ses entrailles qu’il sort d’Afrique  et il en est fier : il sait !

Cette île est probablement la plus africaine des Amériques. Le Marie-Galantais proclame et revendique haut et fort son africanité. Ma mère n’est jamais allée au Congo, mais elle a toujours réclamé cette terre. Quel atavisme de mettre ses enfants au monde à genoux, à l’africaine !                           Cela ne s’invente pas ! Marie-Galante est une terre de Poètes où le mystique, le sacré et le viscéral se jouent éperdument de la lumière du soleil…

C’est enfin, surtout un pays rebelle par excellence comme je le rappelais avec ses nombreuses histoires explosives de marronnage pendant et après l’esclavage. Aussi, de nombreux tumultes politico-judiciaires jalonnent son histoire où les élections locales sont toujours la théâtralisation d’une passion collective hors du commun.
Dans un prochain livre je raconterai toute cette histoire puisqu’elle est l’Histoire de nous-mêmes.

4.     Votre prochain roman  est annoncé, quelle est sa thématique ?

Je répondrai que j’ai mis quatre ans pour l’écrire, en immersion totale, refaisant le voyage du fleuve Congo à la mare de Pirogue. J’ai discuté avec chacun des par-dessus bords de l’Atlantique rencontrés et ils m’ont tous dit : « qu’il était enfin temps de leur offrir un digne enterrement ». Je n’en dirai pas davantage pour laisser jouer l’effet de surprise et par respect envers mon lectorat.

5.     Comment voyez-vous l'avenir de Marie-Galante, il y a des  voix qui commencent à s'élever pour demander  un statut semblable à celui des  îles du nord.  Y croyez-vous ? 

J’aurai l’air de me répéter : je viens d’écrire sur CC1 un long article à ce sujet, intitulé  « Les îles du sud, une réalité révolutionnaire » ! A lire la réaction des internautes, ce n’est pas une idée qui fait peur. J’avais parlé il y a vingt ans de zone franche globale pour l’île : c’est exactement cela que préconise Sarkozy aujourd’hui pour relancer l’économie.
                   L’expérience des îles du nord est à suivre très attentivement !

    Merci pour votre questionnement.

Grand-Bourg :   15/09/2009
                                                                      Bernard Leclaire
Écrivain Marie-Galantais


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Lettre Ouverte à Maryse ETZOL !

                              Lettre Ouverte à Maryse ETZOL ! 



                         Lettre Ouverte à Maryse ETZOL !
Aurions-nous le droit d’adopter la posture des trois singes ?
Mon souhait le plus grand serait que l’on s’attaque d’abord au désenclavement de cette île, en réclamant à l’Etat d’établir une   « continuité territoriale » tangible par la mise en place d’un réseau aérien adapté ainsi qu’un projet maritime digne de ce nom, pour faciliter tous déplacements.
Comment parler de développement touristique sans cette mobilité évidente et indispensable ?
Pourquoi ne pas parler d’Internationalisation de l’Aéroport des Basses ?
Pourquoi ne pas envisager la double opportunité pour le Port de Folle-Anse en réaménageant sa structure certes, à vocation sucrière mais aussi touristique, afin de recevoir à quai les paquebots de croisières. (1 ou 2€ par passager pour la Commune).
Pourquoi ne pas poursuivre l’aménagement du Port de Grand-Bourg et sortir de cet enrochement définitif ? Le jour o…

Sacrilège de sacrilège ! Alexis Leger, dit Saint-John Perse !

Alexis Leger, dit Saint-John Perse Né le 31 mai 1887 à Pointe-à-Pitre en Guadeloupe Mort le 20 septembre 1975 à Hyères dans le Var Poète, écrivain et diplomate Guadeloupéen Lauréat du prix Nobel de littérature Sacrilège de sacrilège ! Alexis Leger, dit Saint-John Perse
« Innombrables sont nos voies, et nos demeures incertaines »
Sacrilège de sacrilège Ils m’ont tué Que voilà une deuxième fois Anéanti Dans ma chair Dans mon cœur Dans mon être Décapité Et assassiné   Sur l’autel de l’oubli - de la honte Du déshonneur De l’ignorance Ce 23 septembre  2017 La Maison de mon enfance 54 rue Achille René Boisneuf Dans ma ville d’art et d’histoire A Pointe-A-Pitre Juste quelques heures Après le passage de Maria Comme quoi Le désastre pas suffisamment horrible Alors L’on décida l’estocade portée De ce qui fut moi Et le tout Pays Guadeloupe A coup de bulldozer A coup de concasseur A coup d’idiotie oui … Ils ont ratiboisé mon enfance Ma vie Mon histoire Mais leur enfance Mais leur vie Mais leur histoire    A tous ceux qui  Sa…

HOMMAGE A ERIC FONTES

  HOMMAGE A ERIC FONTES
                                                        Hommage à ERIC FONTES                                                                 G/B le, 29/07/2017
POUR ERIC …
La mort n’est que chair Les gens viennent et traversent Le cercle  qui toujours se régénère L'instant d'une porte ouverte Sur l’extralucide Certains par l'esprit à jamais demeurent Mon ami, notre ami Parent, frère … Qui subrepticement nous a tourné le dos Pour le temps du non-temps Pour le temps de tous les temps Mais Ici-bas  parmi nous L'artiste est présent Présent Dans toute sa dimension musicale Spirituelle et ésotérique S'il existe bien un présent-continu Digne d'un commencement d'éternité   Alors  Cet art  immuable et intemporel Est bien notre Eric de l'allée des Poiriers Notre cher Eric Silex conscient au sourire délicat Un être aux contours de sens et du sens Incompris parfois  dans son acuité du vivant