Accéder au contenu principal

AU SUJET DE LA SYMPATHIQUE VISITE DU PREMIER MINISTRE EN GUADELOUPE !




                                                         Photo F A.


ART. Bernard Leclaire


AU SUJET DE LA SYMPATHIQUE VISITE
DU  PREMIER MINISTRE
EN GUADELOUPE !



  Les temps sont graves nous le savons et nous le subissons des décennies depuis ! 
  Est-il besoin d’un lointain héros pour encore venir nous le dire. Nous vivotons de constat en constat et chacun pense exceller mieux que l’autre dans cet exercice de polichinelle ?
  Trop de constats tuent le constat … il faut aujourd’hui enfin de l’ACTION ! 

 Nos populations en ont marre de toujours entendre parler de visionnage de photographies qu’elles connaissent déjà !
L’immobilisme et l’empirisme ont sclérosé la France mais ils guillotinent  l’Archipel Guadeloupéen ! 

Est-il besoin d’un héraut pour nous annoncer l’explosion sociale ? Le cri de désespoir des jeunes monte désormais jusqu’au trône de l’enfer et le Diable lui-même s’interroge nous demandant ce que nous avons fait pour avoir droit à un héritage tel ?

La population est au bord de l’asphyxie tout comme en 1789 – les gens ont faim Monsieur le Premier Ministre – les familles sont disloquées puisque les pères sont au chômage et dans notre pays, être un chômeur est une tare !
Un homme qui ne peut soutenir le regard de sa femme et de ses enfants ne se sent plus un homme !
Cette notion du « père » est une donnée sociologique fondamentale dans la stabilité et le respect de nos sociétés. Il faut savoir qu’aujourd’hui l’homme Guadeloupéen va mal – il va très mal ! Le père déserte la maison puisqu’il n’arrive plus à joindre les deux bouts pour sa famille, il préfère s’enfermer dans un mutisme au lieu de pouvoir verbaliser son mal être et c’est bien là le début de la fin !

  Est-il besoin d’un Ministre de la République, fut-il le  Premier du nom pour une séance de courtoisie et de tourisme au pays où tout va mal, mille fois plus qu’en France ?
  Faire un tour en Basse-Terre, puis une descente sur Pointe-A-Pitre oui, c’est très bien ! Pousser la promenade jusqu’aux Abymes, la Ville la plus peuplée de Guadeloupe pour entendre un beau discours du Chef d’édilité, nous trouvons tout cela extrêmement sympathique et finir en apothéose à la Maison Départementale du Gosier, d’où l’on peut voir la plus belle vue sur la Darse, tout cela est très poétique … mais enfin Monsieur le Premier Ministre, qu’allons-nous dire à nos jeunes qui nous observent et qui attendent de nous les conseils d’adultes que nous sommes censés être ?

 En 2009, la Guadeloupe a poussé un violent cri de ras-le-bol allant au-delà d’elle-même et ce bien avant d’autres ! Elle a cette aptitude à sentir et à voir venir la tempête et quand elle crie c’est qu’elle a mal pour elle et pour les autres aussi ! 
 La situation est insoutenable et nous devons très rapidement nous mettre autour d’une grande table pour essayer de trouver des pistes qui pourraient immédiatement soulager les populations les plus démunies et nous forcer à traiter les urgences sociales afin d’éviter le pire !

 Les Politiques manifestement donnent des signes d’être dans l’impossibilité d’agir, on a malheureusement la certitude d’être en pleine léthargie ! Nous sommes inaptes à hisser « un rêve » aux générations futures puisque l’individualisme nous a gagné et l’esprit carriériste a envahi notre demain !

Jacques Cornano, Sénateur et Maire de Saint-Louis, vous a invité sur l’Île de Marie-Galante et vous n’avez pas jugé important de vous y rendre !
Sachez Monsieur le Premier Ministre que les Îles du Sud sont en train de mourir et qu’elles souhaitent de la République une stratégie de relance !
Nous ne sommes pas des mendiants et nous n’attendons pas la manne du ciel ! Nous sommes un peuple fier et nos Monuments aux Morts témoignent largement de notre contribution quand dans la maison France il y a eu le feu !

Alors Monsieur le Premier Ministre, allez dire à Monsieur le Président de la République que nous désirons un véritable Plan Marshall pour redynamiser nos petits pays qui méritent aussi le droit au bonheur !
Nous demandons une réflexion et un travail sérieux où tous les secteurs seront analysés pour la meilleure solution possible dans le respect de l’économie d’aujourd’hui.
Nous avons des solutions et de véritables perspectives d’avenir pour nos régions. La problématique de la jeunesse est un fait, mais concrètement qu’a-t-on déjà fait ou que fait-on pour prendre en considération la démoralisation de cette jeunesse ?

Le pire ennemi de l’homme est le statuquo et le laisser-faire !
Nous sommes en train de tuer l’Image de la Politique aux yeux de nos compatriotes de France et des DOM et TOM. Notre laxisme et notre inaction sont interprétés comme du mépris et nous sabordons chaque jour la noblesse de la cause politique. Le risque obscur qui nous pend au nez est ce pont d’or que nous ouvrons au Front National  pour les Présidentielles de 2017. Attention à ne pas jeter le bébé avec le bain !
 Vous vous attaquez à de gros chantiers sociétaux alors que l’économie est au bord de la faillite ! Ne serait-il pas possible de mettre le dynamisme et la ténacité de Madame Taubira au service de la relance économique du Pays ?

Avez-vous les bonnes personnes où il le faut réellement ?

La Guadeloupe n’a jamais été aussi malade et sa jeunesse tous les jours prouve qu’il y a urgence et péril en la demeure. Nous, pères et mères de famille de ce Pays, nous attirons solennellement votre attention sur cet état de délabrement afin que vous puissiez en témoigner vis-à-vis de Monsieur le Président de la République. Nous le répétons l’heure est grave, l’heure est très grave et il n’y a pas de temps à perdre !

Prouvez-nous alors qu’il était besoin de nous envoyer un J-M  AYRAULT pour commencer à entreprendre de vraies solutions contre la déliquescence chronique qui sévit dans l’Archipel Guadeloupéen !


Grand-Bourg le 25/06/13
                  Bernard Leclaire


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

POUR GUY HAMOT

POUR GUY HAMOT  



  Pour Guy Hamot


Attristé et consterné d'apprendre le décès de notre ami et parent Guy Hamot. Courage à toute la famille - il s'agit-là d'un deuil à l'échelle de l'île et que chacun se pose la question de sa responsabilité au sujet de l'éducation de sa progéniture ? Il serait temps que le miroir de la conscience puisse s'imposer face à certains visages ! BL.
Si vous saviez !
Voilà que le Pays S’invite aussi A la cuvée du diable !
Ton âme partie à la « valtowi » Ton histoire jetée Aux orties pilées Des sacrifices sataniques Ton avenir liquéfié Dans une mare de sang Du lugubre et Du pathologique collectif !
Au nom de celui Qui était De celui Qui est Et De celui qui Toujours sera …
Soyez donc maudits Jusqu’à La septième génération Pour avoir souillé Marie la Galante Marie la Gracieuse Marie la mère-Afrique des Caraïbes
Mon île, île monde Mon île, île hostie universelle
N’avez-vous jamais lu Camille Rousseau Guy Tirolien Alain Vérin Max Ripon Eloi Chasselas Jacques Portécop Ou vot…

Lettre Ouverte à Maryse ETZOL !

                              Lettre Ouverte à Maryse ETZOL ! 



                         Lettre Ouverte à Maryse ETZOL !
Aurions-nous le droit d’adopter la posture des trois singes ?
Mon souhait le plus grand serait que l’on s’attaque d’abord au désenclavement de cette île, en réclamant à l’Etat d’établir une   « continuité territoriale » tangible par la mise en place d’un réseau aérien adapté ainsi qu’un projet maritime digne de ce nom, pour faciliter tous déplacements.
Comment parler de développement touristique sans cette mobilité évidente et indispensable ?
Pourquoi ne pas parler d’Internationalisation de l’Aéroport des Basses ?
Pourquoi ne pas envisager la double opportunité pour le Port de Folle-Anse en réaménageant sa structure certes, à vocation sucrière mais aussi touristique, afin de recevoir à quai les paquebots de croisières. (1 ou 2€ par passager pour la Commune).
Pourquoi ne pas poursuivre l’aménagement du Port de Grand-Bourg et sortir de cet enrochement définitif ? Le jour o…

Le créole est-il une langue en exil ? L'exemple de Marie-Galante" !

Le, 27/10/2013

À l'occasion de la JOURNÉE INTERNATIONALE DU CRÉOLE, dimanche 27 octobre, « Tous créoles » présente une conférence de Bernard Leclaire sur le thème :
"Le créole est-il une langue en exil dans son propre chez soi ? L'exemple de Marie-Galante" !
        Rendez-vousà la distillerie Trois-Rivières (Sainte-Luce, Martinique).

                                                   ***
"Le créole est-il une langue en exil dans son propre chez soi ?     Non… ! L'exemple de Marie-Galante" !

Avant de commencer cette intervention, je dois vous avouer que je l’aborde  dans l’esprit d’un échange fraternel, d’autant plus que lorsque je suis en Martinique je me sens chez moi. Avant d’aller plus loin néanmoins, permettez-moi de remercier les organisateurs de cette manifestation. D’abord « Tous Créoles » qui fait un travail remarquable et remarqué sur notre « créolitude » ainsi que mon Éditeur, Monsieur Jean Benoît Desnel, qui, dès nos premières rencontres, a cru…