Accéder au contenu principal

LE PEUPLE A LA MÉMOIRE COURTE !


      Le malheur de notre peuple est qu'il a la mémoire trop courte ! 

Nous sommes devenus des amnésiques et c'est seulement quand le sable nous brûle la plante des pieds que nous nous rendons compte que le soleil est trop chaud !

Anticiper est un verbe que nous méconnaissons ! Pourquoi ? Chaque fois qu'un enfant du Pays dira attention, on le taxera de fou pour décrédibiliser son esprit visionnaire ! 
Nous faisons le travail avant le maître pour le maître !
Regardons la société Guadeloupéenne ! Ces jours-ci, on est en train d'élever et de cultiver un combat morbide des femmes contre les hommes et des hommes contre les femmes !

Il y a déjà tellement de divisions dans ce pays, s'il faut encore dresser et pousser les sexes opposés vers et dans un antagonisme forcené, nous pouvons alors dire adieu à toute prise de conscience !

Nous sommes incapables de nous réunir et de nous rassembler ! Ceux qui écrivent sur le dicton « komplo a nèg sé komplo a chien » sont les premiers à attiser la haine intrinsèque et stupide du pays !  

Le ver n’est-il pas dans le fruit ? 


Ayons le courage de nous-mêmes – j’appelle à un grand exorcisme collectif en créant une chaîne humaine de Basse-Terre à Pointe-A-Pitre, où tous les Guadeloupéens multi races se tiendraient par la main pour une exhortation contre la haine fraternelle ! Le pays se sentira bien mieux après et les idées neuves pourront enfin germer !
B L.

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Lettre Ouverte à Maryse ETZOL !

                              Lettre Ouverte à Maryse ETZOL ! 



                         Lettre Ouverte à Maryse ETZOL !
Aurions-nous le droit d’adopter la posture des trois singes ?
Mon souhait le plus grand serait que l’on s’attaque d’abord au désenclavement de cette île, en réclamant à l’Etat d’établir une   « continuité territoriale » tangible par la mise en place d’un réseau aérien adapté ainsi qu’un projet maritime digne de ce nom, pour faciliter tous déplacements.
Comment parler de développement touristique sans cette mobilité évidente et indispensable ?
Pourquoi ne pas parler d’Internationalisation de l’Aéroport des Basses ?
Pourquoi ne pas envisager la double opportunité pour le Port de Folle-Anse en réaménageant sa structure certes, à vocation sucrière mais aussi touristique, afin de recevoir à quai les paquebots de croisières. (1 ou 2€ par passager pour la Commune).
Pourquoi ne pas poursuivre l’aménagement du Port de Grand-Bourg et sortir de cet enrochement définitif ? Le jour o…

HOMMAGE A ERIC FONTES

HOMMAGE A ERIC FONTES
Hommage à ERIC FONTES         G/B le, 29/07/2017
POUR ERIC …
La mort n’est que chair Les gens viennent et traversent Le cercle  qui toujours se régénère L'instant d'une porte ouverte Sur l’extralucide Certains par l'esprit à jamais demeurent Mon ami, notre ami Parent, frère … Qui subrepticement nous a tourné le dos Pour le temps du non-temps Pour le temps de tous les temps Mais Ici-bas  parmi nous L'artiste est présent Présent Dans toute sa dimension musicale Spirituelle et ésotérique S'il existe bien un présent-continu Digne d'un commencement d'éternité   Alors  Cet art  immuable et intemporel Est bien notre Eric de l'allée des Poiriers Notre cher Eric Silex conscient au sourire délicat Un être aux contours de sens et du sens Incompris parfois  dans son acuité du vivant Toujours à frôler le nirvana

Le créole est-il une langue en exil ? L'exemple de Marie-Galante" !

Le, 27/10/2013

À l'occasion de la JOURNÉE INTERNATIONALE DU CRÉOLE, dimanche 27 octobre, « Tous créoles » présente une conférence de Bernard Leclaire sur le thème :
"Le créole est-il une langue en exil dans son propre chez soi ? L'exemple de Marie-Galante" !
        Rendez-vousà la distillerie Trois-Rivières (Sainte-Luce, Martinique).

                                                   ***
"Le créole est-il une langue en exil dans son propre chez soi ?     Non… ! L'exemple de Marie-Galante" !

Avant de commencer cette intervention, je dois vous avouer que je l’aborde  dans l’esprit d’un échange fraternel, d’autant plus que lorsque je suis en Martinique je me sens chez moi. Avant d’aller plus loin néanmoins, permettez-moi de remercier les organisateurs de cette manifestation. D’abord « Tous Créoles » qui fait un travail remarquable et remarqué sur notre « créolitude » ainsi que mon Éditeur, Monsieur Jean Benoît Desnel, qui, dès nos premières rencontres, a cru…