Accéder au contenu principal

Où sont donc passés les braves de ce Pays ?


                              Où sont donc passés les braves de ce Pays ? 




  Où sont donc passés les braves de ce Pays ? 


          (Suite lecture Interview de Mr Ary Brousillon - France Antilles du 19/10/2012 : Nous cachons notre misère dans des fanfreluches).


            Nous nous amusons à ouvrir des portes ouvertes et nous nous gargarisons de trouvailles qui sautent aux yeux de tous ! 
             Cela ne m'étonne pas qu'un Ministre de l'OM puisse dire, l'index levé, sans que personne ne puisse mot dire, "qu’une poignée d'intellectuels ne va pas mener la Guadeloupe" !
Nous ergotons à vouloir définir, redéfinir, expliquer, ré-expliquer ...la misère, notre misère en gesticulations cérébrales sans propositions aucunes ! 

        Tous les constats et états des lieux sont faits et refaits ! On n'arrête pas de produire éternellement le même cliché et nous demeurons improductifs, stériles et définitivement impuissants ! 

        Tous les peuples cachent leur misère – la misère est vécue comme une "non réussite" et un avilissement tout comme le chômage d’ailleurs ! 
        Celui ou celle qui vit dans le précaire ne tient ni à le faire voir ni à le faire savoir ! Mais à un certain stade cette misère transparaît et nous en sommes dorénavant là dans notre triste pays ! 

        On peut tenter de tout cacher mais elle s’inscrit sur les visages et dans les rues du pays ! Et tout le monde sait qu’il y a des gens miséreux en Guadeloupe ! 
      On a qu’à voir les statistiques des maisons et voitures saisies, on se rend vite compte alors du malheur chiffré des Guadeloupéens ! 

     Par contre, je me dis où est la Société Civile Guadeloupéenne ? 
         Qui s'esclaffe contre la chloredécone – qui se lève contre la vie chère – qui s’indigne contre la violence – qui occupe le pont de la Gabarre contre les crimes faites aux femmes – qui gueule contre le chômage des jeunes – qui rejette l’échec scolaire – qui demande aux jeunes filles de ne pas faire de la pilule du lendemain « le » moyen contraceptif du pays – qui explique à la population de consommer local – qui s’élève comme un seul homme contre le trafic de la drogue – qui réclame aux politiques l’organisation rationnelle du transport intercommunal dans tout le pays - qui impose à ceux-ci la réhabilitation de l’ancien aéroport en « Temple Culturel Guadeloupéen » où, des sculpteurs – des peintres – des musiciens – des écrivains – des sportifs de haut niveau – des écoles de cinéma et de journalisme caribéennes pourront se rencontrer afin de produire une excellence qui serait naissante bien de chez nous ? 

       Et pourquoi pas la création d’un Conservatoire de Musique – il est inconcevable en 2013, qu’il n’y ait pas déjà un en Guadeloupe, quand on sait l’engouement des jeunes pour les métiers liés à la Musique en générale ! Etc. … 

         Un Temple où tous les acteurs culturels pourront réaliser – exposer et vendre sur place la production artistique du Pays ! 
      On pourrait aussi créer des métiers de critique d’arts et de critique littéraire, lesquels font lourdement défaut en Guadeloupe !  Qui ? 

       Je pense que nous n’avons plus besoin de discours descriptif ou « décryptif » sur la misère – je cherche des gens dans ce pays qui soient capables, aujourd’hui même, de dire nous pouvons faire ceci et nous devons faire immédiatement cela contre cette misère "spiralique" qui gangrène notre devenir !


      Voilà le deal de la Guadeloupe qui gagne ! 


      Nous nous perdons dans la forme alors que le fond de plus en plus s’éloigne, à un point tel que la population même ne croit plus en rien et en personne puisque notre discours nage de nébuleuse en nébuleuse ! 


     BL. 05/01/13

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Lettre Ouverte à Maryse ETZOL !

                              Lettre Ouverte à Maryse ETZOL ! 



                         Lettre Ouverte à Maryse ETZOL !
Aurions-nous le droit d’adopter la posture des trois singes ?
Mon souhait le plus grand serait que l’on s’attaque d’abord au désenclavement de cette île, en réclamant à l’Etat d’établir une   « continuité territoriale » tangible par la mise en place d’un réseau aérien adapté ainsi qu’un projet maritime digne de ce nom, pour faciliter tous déplacements.
Comment parler de développement touristique sans cette mobilité évidente et indispensable ?
Pourquoi ne pas parler d’Internationalisation de l’Aéroport des Basses ?
Pourquoi ne pas envisager la double opportunité pour le Port de Folle-Anse en réaménageant sa structure certes, à vocation sucrière mais aussi touristique, afin de recevoir à quai les paquebots de croisières. (1 ou 2€ par passager pour la Commune).
Pourquoi ne pas poursuivre l’aménagement du Port de Grand-Bourg et sortir de cet enrochement définitif ? Le jour o…

Sacrilège de sacrilège ! Alexis Leger, dit Saint-John Perse !

Alexis Leger, dit Saint-John Perse Né le 31 mai 1887 à Pointe-à-Pitre en Guadeloupe Mort le 20 septembre 1975 à Hyères dans le Var Poète, écrivain et diplomate Guadeloupéen Lauréat du prix Nobel de littérature Sacrilège de sacrilège ! Alexis Leger, dit Saint-John Perse
« Innombrables sont nos voies, et nos demeures incertaines »
Sacrilège de sacrilège Ils m’ont tué Que voilà une deuxième fois Anéanti Dans ma chair Dans mon cœur Dans mon être Décapité Et assassiné   Sur l’autel de l’oubli - de la honte Du déshonneur De l’ignorance Ce 23 septembre  2017 La Maison de mon enfance 54 rue Achille René Boisneuf Dans ma ville d’art et d’histoire A Pointe-A-Pitre Juste quelques heures Après le passage de Maria Comme quoi Le désastre pas suffisamment horrible Alors L’on décida l’estocade portée De ce qui fut moi Et le tout Pays Guadeloupe A coup de bulldozer A coup de concasseur A coup d’idiotie oui … Ils ont ratiboisé mon enfance Ma vie Mon histoire Mais leur enfance Mais leur vie Mais leur histoire    A tous ceux qui  Sa…

HOMMAGE A ERIC FONTES

  HOMMAGE A ERIC FONTES
                                                        Hommage à ERIC FONTES                                                                 G/B le, 29/07/2017
POUR ERIC …
La mort n’est que chair Les gens viennent et traversent Le cercle  qui toujours se régénère L'instant d'une porte ouverte Sur l’extralucide Certains par l'esprit à jamais demeurent Mon ami, notre ami Parent, frère … Qui subrepticement nous a tourné le dos Pour le temps du non-temps Pour le temps de tous les temps Mais Ici-bas  parmi nous L'artiste est présent Présent Dans toute sa dimension musicale Spirituelle et ésotérique S'il existe bien un présent-continu Digne d'un commencement d'éternité   Alors  Cet art  immuable et intemporel Est bien notre Eric de l'allée des Poiriers Notre cher Eric Silex conscient au sourire délicat Un être aux contours de sens et du sens Incompris parfois  dans son acuité du vivant