Accéder au contenu principal

Bernard LECLAIRE, écrivain Marie-galantais: ROMAN : La mare au punch

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

QUAND ?

QUAND ?
Poème dédié aux Politiques de mon Île.  (A Marlène, à Maryse et à Jacques).

QUAND ? 
Poème dédié aux Politiques de mon Île.  (A Marlène, à Maryse et à Jacques).
Quand ?
Aaaah !
Marie-Galante ! Mon peuple de Marie-Galante ! 

Terre de ma chair Et  Chaire de mes pensées ! Mon Sinaï universel Mon monde des mondes  Mon existence immortelle  Dans les transmutations infinies Et  Indéfinies...
Mon paradis ultime sacré  D'où je viens, d'où je suis  Et  D'où je serai pour toujours et à jamais  Dans le plus petit végétal même Des verts sourires  De l’espérance !  
Quand ? Quand cesseras-tu alors  D’avoir peur de ton ombre Des feuilles qui tombent Des sargasses qui s’entassent Et  Du vent qui passe ?
Quand, mais quand ? Quand cesseras-tu d’attendre L’histoire qui nous efface ?

Quand auras-tu le courage Des martyrs et des héros De l'indispensable audace ?
Quand comprendras-tu Que ce monde Est un autre monde ?
Quand cesseras-tu enfin D’avoir peur Peur de demain De ton avenir De ton destin ?
Ce monde est dorénavant un au…

A MON PÈRE

A MON PÈRE



A Mon Père
D'où tu es Tu sais Que nous ne nous sommes Jamais quittés

Que l'invisible est invincible Dans la quête des Immortalités Et 
Que jamais Nous ne fûmes Pour définitivement Être

Sinon être…

Être sans paraître

Être sans disparaître

Être sans démettre

Par une âme
Alors Translucide
Mais 
Omniprésente   Dans toute la sérénité Des éternités

L'ÎLE HOSTIE !

                                                                    L'ÎLE HOSTIE !
L’île hostie ! Île rempart
Île bouclier
Île du dernier arbre
Île du dernier homme
Île de la dernière heure Ile de la rédemption Onze septembre au onze septembre
Pas de consonance Ni même de résonance Pourtant 
Quinze années d’obscurantisme
Et
Qui a-t-il derrière la vue L’interrogation persiste Tel l’index  vers le ciel
Qu’est-il alors advenu de l’Homme ?
Moi   Marie-Galante Douceur naissante La plus Galante des Marie(s) Moi humanité réinventée Moi soleil premier
Souffle de genèse
Une île effluve cosmique
Moi hostie universelle
Consacrée
Pour une réappropriation de l’humain
Attestée des mots magiques
D’un certain  Edouard du Tout-Monde

Le grand Charles, poète des Poètes Lui-même
M’avouait pensif
Ce matin
Son plus grand  regret
De n’avoir pas connu « l’île » L’île majeure