vendredi 8 août 2014

Nous sommes tous Palestiniens !

Nous sommes tous Palestiniens !


« LÂCHETÉ. Tout intellectuel ou artiste "domien" qui ne dénonce pas le génocide qui se déroule en ce moment à Gaza, parce qu'il/elle a une peur bleue de se voir qualifier d'antisémite est UN CHIEN ».
Raphael Confiant.




Nous sommes tous Palestiniens !


Pour ma part, je reste dans le droit fil de la réflexion de Confiant. Mais je porterai tout de même quelques nuances.
Il nous rappelle de ne pas faire l’amalgame entre l’antisémitisme et le massacre perpétré à Gaza en ce moment même où nous parlons.
En effet, le peuple israélien n’est pas unanime face à cette boucherie à ciel ouvert, j’en suis convaincu. Mieux encore, beaucoup de Juifs de part le monde se sont rebellés face à l’abject.
Le gouvernement d’Israël est le seul responsable de cette horreur qui frappe de honte immonde ce XXIème siècle. On a l’impression que le Hamas est plus un alibi qu’une réalité menaçante lorsque l’on observe la disproportion des forces en présence et surtout les dégâts occasionnés essentiellement sur le Peuple Palestinien.
On peut aisément supposer que cette guerre faisait déjà l’objet d’un plan méticuleusement mis en application. Et je suis loin d’imaginer que ce conflit puisse trouver rapidement ou même dans les mois  à venir une solution juste et durable.  
L’écrivain marie-galantais que je suis ne peut rester insensible à la douleur de ce peuple.
  Je ne suis pas pour autant antisémite ou pro ceci ou cela ! Cela fait des lustres que je ne m’enthousiasme plus de l’espèce humaine ! Mon jugement est avant tout humain, il demeure en phase totale avec ma conscience et ma philanthropie.
Par contre, partout où l’homme se conduira comme un vil primate alors je serai face à lui pour combattre sa bassesse et son ignominie.
 Tous les Juifs ne sont pas des spoliateurs.  Tous les musulmans ne sont pas des fanatiques.  Ainsi, les Français ne sont pas tous des esclavagistes ou des racistes forcenés !
Faire le panachage de tout et de rien est un signe de décadence ou même de mauvaise santé mentale, perverse et grave pour l’élévation de l’humanité.
Confiant nous invite, tous Domiens que nous sommes, conscients de notre histoire tragique, de la barbarie des êtres, à dénoncer alors l’injustice et le génocide qui sévissent à Gaza sans pour cela que nous ayons la peur au ventre d’être catalogués de sinistres antisémites. Il ne s’agit pas là, il ne s’agit plus, de faire un « migan » dans une société où le bien et le mal sont devenus des monstres siamois de moins en moins distinguables ! Les faux prophètes, les sophistes, les quimboiseurs …de partout font légion dans ce monde ici-bas pour camoufler et obscurcir le bon sens et l’esprit fraternel. La raison au-delà des ténèbres doit tout de même triompher !
L’heure est d’abord à l’urgence. Des enfants sont tous les jours assassinés gratuitement à la barbe d’un monde spectateur. Des Nations, jusqu’à pas très longtemps, pour des raisons moins évidentes encore se sont soulevées en gendarme du monde pour porter une civilisation du chaos et de la désolation !
Nous ne comprenons pas aujourd’hui le laisser faire qui s’installe à moins que tout cela fasse bien sûr partie du plan et d’une immense mascarade fielleusement orchestrée !
Nous, petits fils d’esclaves,  avons la responsabilité de dénoncer les crimes et tous les crimes qui minent sauvagement notre monde d’aujourd’hui !  Nous avons notre mot à dire sachant pertinemment qu’aucun pays ne détient plus le monopole de la vérité. 
N’ayons pas peur de nous opposer au  gouvernement d’Israël qui s’acharne sur de pauvres civils en Palestine, sous peine que notre prise de position soit interprétée comme une forme primaire d’antisémitisme.
Ne pas crier halte à la barbarie serait exactement comme signer à deux mains d’en faire définitivement partie !

                               Extrait : Sortir du Macadam

…Il viendra un jour
Le temps inévitable
De toutes les réparations ici-bas !
Voyez-vous
L’Histoire certes oublie
Elle a toujours été
Une vieille femme récalcitrante
Aux oreilles rétrécies
Et à la mémoire trouée…
Mais les cicatrices du Monde
Finissent toujours
Par révéler enfin
La profondeur ésotérique
Et la provenance de leurs blessures
Gare à toi alors
Le jour où je viendrai
Te réclamer les comptes
 De ton abomination !


BL.




lundi 4 août 2014

INFORMATION







Chers Amis,  

Je vous fais savoir que nous reportons la séance de signature qui devait se tenir à la « Librairie Pégases », rue de la Marine à Grand-Bourg de M/G, le 05/08/14.

Il en est de même pour la présentation de mon livre qui devait s'effectuer le 06/08/14 à 18h, avec la collaboration de l’Écomusée de Murat. En effet,  la « Boutique de la Presse » nous apprend que les deux bouquins sont pour l'instant épuisés. (SORTIR DU MACADAM et LE PROCÈS DE MARIE GALANTE).

Ces deux évènements seront reportés ultérieurement.


Cordialement.

vendredi 1 août 2014

Réflexion sur "Redécouverte" de Guy Tirolien !


Réflexion sur "Redécouverte" de Guy Tirolien !


Ce qui m'attriste le plus dans la nostalgie Tirolienne est, que sa "Redécouverte" d'hier est et serait la même que la mienne d'aujourd'hui !  
Nous avons le même âge ! or nous n'avons pas la même naissance !
Nous faisons le même constant or nos époques sont supposées ne pas être les mêmes !
Nous brûlons encore et toujours des mêmes souffrances et des mêmes stigmates christiques !
Le temps se serait-il arrêté dans mon Pays ?
Nos élus auront toujours et définitivement tort de ne point écouter les maux et les mots de ses Poètes !


Redécouverte

Je reconnais mon île plate, et qui n'a pas bougé
Voici les Trois - Ilets, et voici la Grande Anse
Voici derrière le Fort, les bombardes rouillées.
Je suis comme l'anguille flairant les vents sales
Et qui tâte le pouls des courants

Salut île! C'est moi. Voici ton enfant qui revient.
Par de là la ligne blanche des brisants
Et plus loin que les vagues aux paupières de feu
Je reconnais ton corps brûlé pas les embruns.

J'ai souvent évoqué la douceur de tes plages
Tandis que sous mes pas
Crissait le sable du désert
Et tous les fleuves du Sahel ne me sont rien
Auprès de l'étang frais ou je lave ma peine

Salut terre matée, terre dématée !
Ce n'est pas le limon que l'on cultive ici,
ni les fécondes alluvions.

C'est un sol sec, que mon sang même
N'a pas pu attendrir,
Et qui geint sous le soc comme une femme éventrée.

Le salaire de l'homme ici,
Ce n'est pas l'argent qui tinte clair, un soir de paye,
C'est le soir qui flotte incertain au sommet des cannes
Saoules de sucre.
Car rien n'a change

Les mouches sont toujours lourdes de vesou,
Et l'ai charge de sueur.

Guy Tirolien.






Tout l’amour d’un Père.



Tout l’amour d’un Père. 

Qu’est-ce que ce Temps passe vite ! 
Mon fils a 29 ans aujourd’hui, 
14 juillet aux douze coups de midi ! 
Un soleil au zénith 
Comme un œil mystique, 
Tu n’as pas choisi le plus facile 
Mais quelle élévation ! 
Que devrais-je encore te dire ?
Regarde les hommes au fond des yeux
Et vois-les sans scrupules 
Pour ce qu’ils sont
Avant même qu’ils n’ouvrent la bouche !
Seul Dieu impressionne ! 
Il y va de même pour la musique, 
S’imprégner d’une œuvre 
C’est d’abord saisir le temps, le moment 
Et l’esprit de son écriture !
L’homme ne fait pas la vie 
C’est au contraire 
La vie qui fait l’homme ! 
« De la musique avant toute chose,
Et pour cela préfère l'Impair
Plus vague et plus soluble dans l'air
Sans rien en lui qui pèse ou qui pose ».


(Verlaine).
Joyeux anniversaire mon fils.



BL.  

jeudi 12 juin 2014

DÉDICACE Librairie JASOR PAP le 21 juin 2014 de 10h à 13h ! "SORTIR DU MACADAM" !













           Samedi 21 juin de 10 h à 13 h à la librairie Générale Jasor de Pointe-à-Pitre, l’Écrivain Poète BERNARD LECLAIRE dédicace son dernier ouvrage « Marie-Galante, paradis avant liquidation ou SORTIR DU MACADAM ». 

            VENEZ NOMBREUX !

dimanche 18 mai 2014

La Ville de Schœlcher vous invite à participer à la rencontre littéraire


La Bibliothèque municipale de la Ville de Schœlcher vous invite à participer à la rencontre littéraire, 

«à livre ouvert», 

autour de l’ouvrage :


Le procès de Marie-Galante par Victor Schœlcher.



Présentation par le Préfacier Bernard LECLAIRE.

Première lectrice : Suzanne Dracius
Lectures à hautes voix : Jocelyn Régina et Patrick Mathélié-Guinlet.